Actualités

Brexit

Des entreprises peu préparées

13 mai 2016 - optionfinance.fr

Les décideurs économiques britanniques, mais aussi français et allemands, sont mal préparés face à l’éventualité d’un Brexit. C’est ce que révèle une enquête réalisée par le cabinet d’avocats Pinsent Masons, en partenariat avec la société d’étude de marché YouGov, auprès d’un millier de dirigeants d’entreprises en avril 2016.

A quelques semaines du référendum du Royaume-Uni sur son adhésion à l’Union européenne, qui aura lieu le 23 juin prochain, l’étude constate un degré important d’impréparation des entreprises dans ces trois pays. Seul un quart d’entre elles (26 %) a défini un plan d’action destiné à parer aux éventuels risques découlant d’une sortie du Royaume-Uni. A défaut de mesures concrètes, la grande majorité des entreprises (80 %) n’ont même pas abordé ce sujet avec leur comité de direction, ou leur conseil d’administration pour plus de la moitié (53 %) d’entre elles. Paradoxalement, les entreprises françaises et allemandes ont davantage étudié les opportunités commerciales liées à un éventuel Brexit que les sociétés britanniques.

Parmi les secteurs les mieux préparés, celui des services financiers apparaît logiquement en bonne place, avec 58 % des sociétés britanniques, françaises ou allemandes ayant déjà abordé le sujet de la sortie du Royaume-Uni au cours de leur conseil d’administration, et plus de la moitié ayant défini un plan d’action. Ce secteur est également le plus susceptible de délocaliser ses activités en cas de Brexit, 18 % des sociétés ayant envisagé ou planifié cette possibilité.

Enfin, l’étude indique que les grandes entreprises de ces trois pays seraient davantage enclines à influer sur le résultat du vote, en sensibilisant leurs salariés aux conséquences d’un éventuel Brexit.