Actualités

Banques

Des fonds propres insuffisants en cas de relèvement du ratio de levier

23 avril 2014 - optionfinance.fr

Alors que les banques avaient jusqu’au 18 avril dernier pour proposer au Comité de Bâle des aménagements sur certains ratios réglementaires, le régulateur doit prochainement arrêter sa position. Les établissements bancaires attendent d’être fixés principalement sur les règles concernant le ratio de levier. Celui-ci correspond au rapport entre les capitaux propres durs des banques (tier one) et l’ensemble de leurs actifs. Afin d’empêcher une inflation des bilans bancaires, le régulateur l’a déterminé initialement à 3 %, ce qui signifie qu’un établissement ne pourra pas engager, à partir de 2018, plus de 33 fois ses capitaux propres.

Mais comme le souligne une étude de la société d’informations financières américaine SNL Financial, publiée lundi dernier, ce seuil pourrait évoluer. En effet, celui-ci est considéré comme peu contraignant par les analystes bancaires dans la mesure où il reste sensiblement inférieur à celui en vigueur outre-Atlantique – 4,5 % au Canada et 6 % pour les banques systémiques américaines. Un écart qui conduit donc certains spécialistes à tabler sur un durcissement du ratio de levier, autour de 5 %. Or selon SNL Financial, peu d’établissements (BBVA, Banco Santander, HSBC, Standard Chartered et Unicredit) affichent actuellement un niveau de capitaux propres suffisant pour être en mesure de respecter ce seuil de 5 %. SNL Financial évalue ainsi – hors cessions de portefeuilles et arrêt d’activités – à 196 milliards de dollars les fonds propres manquants pour les 16 principales banques européennes. Le groupe Crédit Agricole (30,32 milliards de dollars), la Société Générale (26,32 milliards de dollars) et BNP Paribas (24,09 milliards de dollars) figurent parmi les établissements nécessitant le plus de ressources supplémentaires.