Actualités

Banques

La BCE propose un modus operandi pour traiter les prêts non performants

24 mars 2017 - optionfinance.fr

Alors que les principales banques européennes détenaient, à la fin du troisième trimestre 2016, 921 milliards d’euros de prêts non performants, la Banque centrale européenne vient de publier un document compilant des «lignes directrices», de nature à optimiser le traitement de ce type d’actifs. Celles-ci abordent différents champs, allant du mode d’évaluation des provisions à mobiliser à la mise en place d’un dispositif de contrôle interne adapté, en passant par l’instauration d’un mécanisme d’«alerte précoce» en cas de dégradation de la qualité d’un crédit. «Certes, ces lignes directrices n’ont pas de portée contraignante, l’élaboration de règles strictes étant du ressort de l’Autorité bancaire européenne, indique Bruno de Saint-Florent, associé chez Oliver Wyman. Toutefois, la BCE a rappelé que tout écart constaté chez une banque par rapport à ces lignes devra donner lieu à une justification, rendant de fait l’application des préconisations quasi obligataire.»

De quoi susciter le mécontentement des banques, qui y voient un renforcement de la pression réglementaire. «Mais avec l’entrée en vigueur début 2018 de la norme IFRS 9 sur les instruments financiers, les banques doivent de toute façon mettre en place une nouvelle méthodologie pour calculer les provisions à passer sur les actifs détenus, relativise Bruno de Saint-Florent. Elles devront donc mécaniquement modifier leur approche vis-à-vis des prêts non performants.»