Actualités

Cash pooling

La Chine assouplit encore sa réglementation

21 novembre 2014 - optionfinance.fr

Pour les groupes français présents en Chine, une nouvelle barrière vient d’être levée en matière de gestion de trésorerie. Depuis février dernier, une loi permettait déjà aux sociétés ayant des filiales localisées dans la zone franche de Shanghai (Shanghai Free Trade Zone) de leur fournir des prêts ainsi que de faire remonter la trésorerie de ces dernières au niveau du siège ou d’un holding régional. «Depuis mi-novembre, cette faculté a été étendue à l’ensemble de la Chine», prévient Emmanuel Marie, responsable du bureau français d’HSBC Chine. Cet assouplissement va donc permettre aux groupes de réduire leur dépendance aux financements locaux, onéreux et ne faisant l’objet d’aucune garantie en termes de renouvellement, et, surtout, de libérer des liquidités qui étaient auparavant bloquées dans le pays.

Plusieurs conditions ont toutefois été posées par le régulateur chinois afin d’effectuer de telles transactions. Ainsi, les montants envoyés vers la Chine doivent uniquement servir à financer le besoin en fonds de roulement des entités regroupées dans un cash pooling domestique. S’agissant des sorties d’argent, les sommes ne doivent pas avoir été empruntées auprès d’établissements bancaires. Enfin, pour que le dispositif soit opérationnel, le niveau de chiffre d’affaires cumulé des filiales présentes dans le cash pooling doit atteindre 5 milliards de renminbis, soit environ 650 millions d’euros.