Actualités

Union bancaire

Le mécanisme de surveillance coûte cher aux banques

30 mai 2014 - optionfinance.fr

D’un point de vue financier, la mise en place de l’Union bancaire n’est pas sans conséquences pour les banques européennes. Alors que ces dernières font actuellement l’objet d’une revue de leur bilan menée par la Banque centrale européenne (BCE), la Banque de France vient de dégager une enveloppe spéciale, destinée à alléger les dépenses des établissements liées à cet exercice. «Au total, près de 700 auditeurs externes ont été recrutés par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution pour assister les équipes de cette dernière, a rappelé le 23 mai Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France. Or ces frais de contrôle sont à la charge des banques. Afin de limiter le coût de cette mission pour celles-ci, la Banque de France a mis en place une subvention de 80 millions d’euros.»

Mais d’autres coûts viendront rapidement s’ajouter pour les banques. En effet, dès le mois de novembre prochain, la BCE assurera ses nouvelles missions de surveillance prudentielle des établissements bancaires, dans le cadre du Mécanisme de surveillance unique (MSU). Là encore, ceux-ci seront mis à contribution. La BCE a ainsi chiffré les dépenses incombant au MSU à 260 millions d’euros en 2015. En moyenne, les banques devront verser, en fonction de leur taille, entre 700 000 euros et 2 millions d’euros. Pour les établissements les plus importants, cette somme atteindra toutefois près de 15 millions d’euros.