Actualités

Macroéconomie

Les banques françaises vulnérables au ralentissement des marchés émergents

08 janvier 2016 - optionfinance.fr

Le ralentissement économique des pays émergents représente l’un des principaux risques qui vont peser sur les établissements bancaires français en 2016. D’après une étude récente de la Banque de France, les cinq principales banques hexagonales (BNP Paribas, Crédit Agricole, BPCE, Société Générale, Groupe Crédit Mutuel) sont en effet exposées de manière directe (par le biais de la détention d’actifs ou de l’octroi de prêts concernant ces pays) à hauteur de 183 milliards d’euros au Brésil, en Russie, en Inde, en Chine, en Afrique du Sud et en Turquie.

A ce montant, près de deux fois supérieur à celui de juin 2008, s’ajoute en outre un risque de pertes lié à l’exposition indirecte de ces institutions financières aux marchés émergents. La Banque de France craint en effet que les établissements de crédit enregistrent une hausse des défauts de paiement de leurs clients dont l’activité dépend fortement de la conjoncture dans ces Etats, dans le cas d’une forte dégradation de cette dernière.