Actualités

Actionnaires

Les entreprises européennes presque aussi généreuses que les américaines

23 février 2018 - optionfinance.fr

Alors que les entreprises américaines vont bénéficier d’une baisse sensible de leur impôt sur les sociétés à 21 %, contre 35 % jusqu’alors, plusieurs groupes viennent d’annoncer le lancement de programmes de rachats d’actions massifs, à l’instar de Boeing, Honeywell ou encore Home Depot. De quoi augurer un exercice 2018 dynamique en la matière, dans la lignée des précédents. Selon une étude de Natixis, ces rachats ont porté l’an dernier sur un montant total correspondant à 3 % du PIB en valeur des Etats-Unis, dans la moyenne de la période 2010-2017.

Alors que cette pratique suscite des critiques de la part d’économistes, au motif qu’elle se ferait au détriment du développement des entreprises, et donc affaiblirait la croissance au profit des autres pays, la recherche économique de la banque bat cette théorie en brèche. D’abord, l’investissement total des groupes américains a crû de manière quasi ininterrompue depuis 2010, passant de 11 % du PIB en 2010 à près de 14 % aujourd’hui. Dans la zone euro, cette part, avoisinant 11 % au début de la décennie, n’a depuis progressé qu’à hauteur de 12,2 % environ.

En outre, les corporates américains mènent des politiques de distribution de dividendes moins généreuses. Ainsi, ces derniers représentent, d’après Natixis, légèrement moins de 4 % du PIB outre-Atlantique, contre 5,5 % environ en Europe. Au final, la rémunération globale octroyée aux actionnaires, rapportée au PIB, est proche dans les deux zones, autour de 6 %.

à lire aussi