Actualités

Industrie

Les OPA étrangères ne sont pas les bienvenues

24 novembre 2017 - optionfinance.fr

«L’Etat français n’hésitera pas à “monter au créneau” pour défendre les grands groupes français susceptibles de faire l’objet d’OPA, par exemple dans les secteurs de l’agroalimentaire et des cosmétiques», a déclaré Edouard Philippe, le 20 novembre dernier. Souhaitant dissuader de potentiels investisseurs étrangers, le gouvernement souhaite brandir l’arme du décret Montebourg du 14 mai 2014 relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable. Un discours qui laisse sceptiques les juristes. En effet, cette menace pourrait, en réalité, être dépourvue de moyens d’actions juridiques. Le décret Montebourg, d’abord, concerne la protection «des intérêts essentiels de la France» (sécurité, ordre public et défense) seulement dans les secteurs de l’eau, de la santé, de l’énergie, des transports et des télécommunications. Une extension du décret aux secteurs de l’agroalimentaire et des cosmétiques risquerait d’être censurée par la Commission européenne au nom du principe de libre circulation des capitaux. Par ailleurs, le gouvernement souhaite travailler avec ses voisins européens sur «le contrôle des investissements étrangers, la réciprocité commerciale, et la création de champions européens». Un chantier qui risque toutefois de se heurter à des pays comme la Grèce qui ont beaucoup fait appel à des investissements étrangers.