Actualités

Délais de paiement

Les spécialistes du risque client ne s’inquiètent pas des nouvelles mesures de Bercy

27 novembre 2015 - optionfinance.fr

Afin de lutter contre l’allongement des délais de paiement, le ministère de l’Economie a renforcé la semaine dernière l’arsenal de sanctions applicables aux entreprises contrevenantes. Le plafond des amendes est ainsi relevé de 375 000 euros à 2 millions d’euros, tandis que le nom des sociétés sanctionnées par l’administration (DGCCRF) sera rendu public.

Ces annonces sont bien accueillies par les spécialistes du risque client. «Depuis l’entrée en vigueur de la LME en 2008, destinée à mieux encadrer les délais de paiement, ces derniers n’ont cessé de se dégrader après une brève embellie entre 2009 et 2010, rappelle Denis Le Bossé, président du cabinet de recouvrement ARC. Sur la seule année 2015, ils ont augmenté en moyenne de 4 jours (13,9). Il est nécessaire et urgent d’inverser la tendance.» Si certains acteurs du risque client n’excluent pas un impact négatif des dispositions présentées par Bercy sur leur propre activité, les assureurs-crédits, pour leur part, restent confiants. «En cas de diminution des délais de paiement, la perception du risque apparaîtrait réduite,  indique Gilles Peiny, directeur commercial France de Coface. Dans un même temps, cela s’inscrirait dans une politique de prévention et de suivi des risques, qui est au cœur de notre métier. En outre, les nouvelles mesures, comme celles de la LME, auront potentiellement des effets en France seulement car, dans les faits, la législation française n’a que très peu de portée à l’export. Or la grande majorité de nos clients est tournée vers l’international, où les délais de paiement sont plus longs.»