Actualités

Banques européennes

L’exposition aux risques souverains reste importante

23 juin 2016 - optionfinance.fr

Alors que la mise en œuvre de l’Union bancaire, initiée en novembre 2014, a notamment pour objectif de réduire les liens financiers entre les Etats et les banques, les effets tardent à se manifester. D’après une étude de Standard & Poor’s, l’exposition des établissements européens à leur propre pays via la détention de titres publics n’a pas diminué depuis un an et demi (voir graphique). Or celle-ci avait fortement augmenté depuis le début de la crise, la part des actifs souverains dans les actifs totaux du bilan des banques ayant grimpé à 6,4 % en février dernier, contre 4,7 % dix ans plus tôt.

Cette progression s’explique principalement par la réglementation Bâle 3, qui applique à la dette publique un traitement prudentiel extrêmement favorable. Assimilable à un actif sans risque, selon le Comité de Bâle, ce type de créances ne nécessite pas de provisionner du capital pour prévenir une perte éventuelle. Mais cette situation pourrait prochainement évoluer. Le Conseil Ecofin vient en effet d’ouvrir une réflexion visant soit à rendre l’investissement des banques dans cette classe d’actifs moins attractive sur le plan des ratios de solvabilité et de liquidité, soit à plafonner la part de cette dernière dans les bilans.