Actualités

Assemblées générales

Rémunérations : les proxys attendent des progrès

26 janvier 2018 - optionfinance.fr

Les sociétés cotées peuvent mieux faire sur la rémunération de leurs dirigeants, si l’on en croit les proxys réunis récemment par l’Hebdo des AG. Il faut dire que le contexte réglementaire s’y prête : depuis l’an dernier, le vote des actionnaires sur la politique de rémunération des mandataires sociaux pour l’exercice à venir n’est plus seulement consultatif, mais contraignant. Cette année, cette caractéristique est étendue aux gratifications versées au titre de l’exercice antérieur.

Si les scores d’approbation globaux demeurent élevés (88 % en moyenne en 2017), le nombre de sociétés ayant obtenu un score inférieur à 80 % progresse (19 en 2017 contre 16 en 2016). Parmi elles, 11 entreprises ont eu un score inférieur à 80 % deux années consécutives. Les proxys souhaitent que la politique de rémunération de ces dernières évolue en 2018. Dans le cas contraire, certains d’entre eux recommandent de ne pas renouveler le mandat du président du comité de rémunération.

Par ailleurs, les proxys exigent également que les rémunérations soient plus transparentes (montant fixe, variable, nombre d’actions détenues…). En effet, le manque d’informations sur les critères variables est la première raison qui a poussé les actionnaires à refuser la politique de rémunération proposée.

Enfin, les proxys proposent de distinguer plus précisément au sein de ces chiffres les scores d’approbation des minoritaires qui sont… nettement inférieurs.