Actualités

Assemblées générales

Une saison 2016 contrastée en matière de rémunérations

17 juin 2016 - optionfinance.fr

Alors que Neopost, Alstom ou encore Solucom vont clôturer au cours des prochaines semaines la saison 2016 des assemblées générales des principales sociétés cotées, le cabinet de conseil en communication financière Capitalcom dresse un bilan en demi-teinte concernant la thématique des rémunérations. Certes, le taux d’approbation moyen des résolutions «say on pay» a progressé sur un an de 85,8 à 89,3 % au sein des 33 groupes du CAC 40 étudiés. Cette hausse a notamment été portée par les fortes remontées du niveau d’acceptation des salaires des dirigeants de Klépierre (de 56,3 à 98,83 %), Vinci (de 64,46 à 95,84 %) et Veolia Environnement (de 68,79 à 94,90 %). «La plupart des émetteurs qui avaient enregistré une forte contestation l’an dernier ont amélioré la transparence des critères de performance attachés aux rémunérations, ce qu’ont apprécié les actionnaires», explique Michaël Duval, consultant chez Capitalcom.

Pour autant, un tiers des entreprises observées ont vu reculer le taux d’approbation de leurs résolutions «say on pay». Surtout, le maintien de la rémunération de Carlos Ghosn en dépit de son rejet par 54 % des actionnaires de Renault – soit le premier «nay on pay» jamais enregistré en France – devrait pousser le gouvernement à rendre contraignant le vote des actionnaires à ce sujet pour l’ensemble des sociétés cotées. Le modèle français de «say on pay» deviendrait alors le plus contraignant d’Europe, selon les professionnels.