Actualités

Marché interbancaire

Vers une réforme de l’Euribor ?

25 juillet 2014

A la suite des manipulations des principaux taux interbancaires (Libor, Euribor…) opérées par plusieurs banques dans les années 2000, le Conseil de stabilité financière (FSB) a publié, le 21 juillet dernier, un rapport dans lequel il insiste sur la nécessité de réformer rapidement le mode de calcul de ces taux, notamment en Europe. «L’Euribor correspond au taux moyen des prêts consentis par un panel de banques entre elles, rappelle Laurent Quignon, responsable économie bancaire chez BNP Paribas. Or il s’agit d’un taux purement déclaratif, qui n’est pas fondé sur des transactions effectives. Ceci explique que des soupçons de manipulation puissent peser sur l’Euribor.» Une situation que le FSB juge préoccupante, compte tenu de son «importance systémique dans la zone euro et sur les marchés en euros plus largement». En effet, 150 à 190 trillions de dollars de prêts sont, à ce jour, indexés au taux Euribor.

Afin de lever toute suspicion, des pistes sont évoquées. A l’instar de l’Eonia – il s’agit du taux d’intérêt moyen pratiqué par les banques européennes lorsqu’elles se prêtent entre elles, sur une durée d’un jour –, le FSB préconise que l’Euribor soit mesuré à partir de transactions effectivement réalisées, donc vérifiables. En outre, un élargissement du périmètre du taux est suggéré. «Au lieu de ne s’appuyer que sur les prêts entre banques, le FSB milite pour prendre en compte le coût de financement à court terme global des établissements, indique Laurent Quignon. Ainsi, les rémunérations versées dans le cadre de certificats de dépôt et de levées de fonds auprès de fonds monétaires, par exemple, seraient comptabilisées dans le calcul du taux.» Le FSB appelle à la mise en place d’un nouvel Euribor dès 2016.