Bourse

Sociétés

A suivre aujourd'hui... CREDIT AGRICOLE

AOF - 06 août 2018


(AOF) - La dernière fournée de résultats des banques françaises a reçu un bon accueil en Bourse grâce à des résultats meilleurs que prévu, sans que des sous-performances dans certaines spécialités ne viennent gâcher ces publications. Crédit Agricole (+1,92% à 12,18 euros) a affiché ainsi vendredi la plus forte hausse de l’indice CAC 40 tandis que Natixis a occupé une place fort honorable parmi les principales progressions du SBF 120.

Au deuxième trimestre, le résultat net part du groupe de Crédit Agricole S.A a progressé de 6,4% à 1,436 milliard d'euros pour un produit net bancaire de 5,17 milliards d'euros, en croissance de 9,8%. Sur ces deux lignes du compte de résultat, la banque verte a fait mieux que prévu, les consensus Reuters s'élevant à respectivement 1,038 milliard d'euros et de 4,92 milliards d'euros. Comme les autres banques françaises, elle a dévoilé une nette baisse du coût du risque : -36,5% à 223 millions d'euros.

En données sous-jacentes, c'est-à-dire ajustées des éléments spécifiques comme l'impact positif de la cession de la participation dans Eurazeo, Crédit Agricole S.A affiche le bénéfice net trimestriel le plus élevé depuis son entrée en Bourse en décembre 2001. Il ressort à 1,418 milliard en part du groupe, en croissance de 19,6%.

Les analystes attribuent ces bons résultats aux performances solides de la banque de détail (LCL) en France et de son activité de banque de financement. LCL a ainsi enregistré une croissance de 2,1% de ses revenus en données sous-jacentes à 875 millions d'euros et une hausse de 14,4% de son résultat avant impôts. Il a bénéficié de son dynamisme dans le crédit aux Entreprises (+10%) et à la consommation (+8%).

Dans la banque de financement (financements structurés, banque de transactions et du commerce international...), les revenus de Crédit Agricole S.A ont progressé de 13,3% à 673 millions d'euros.

Enfin, Crédit Agricole S.A a annoncé une stabilisation sur le trimestre de son ratio de fonds propres durs à 11,4%.