Bourse

Sociétés

A suivre aujourd'hui... ZODIAC

AOF - 31 octobre 2017


(AOF) - Zodiac a publié un résultat net au titre de l’exercice 2016/2017 en baisse de 31,9% à 73,4 millions d'euros. Le résultat opérationnel courant (ROC) de l’équipementier aéronautique est ressorti à 217,6 millions d'euro, en recul de 19,3% sur un an. Le taux de marge opérationnelle s'établit à 4,2% contre 5,2% l'année dernière. Ce résultat se situe dans le haut de l'objectif annuel d'un ROC compris entre 200 et 220 millions d'euros et correspond à une forte amélioration au second semestre, dont le ROC ressort à 229 millions d'euros, contre 189 millions d'euros l'année dernière.

Zodiac a essuyé une perte de 11 millions d'euros au premier semestre.

Au cours de son exercice 2016/2017, Zodiac Aerospace a réalisé un chiffre d'affaires de 5,127 milliards d'euros, en recul de 1,6% à données publiées et en recul de 2,0% à périmètre et taux de change constants. Il n'y a pas eu d'effets de périmètre au niveau du groupe, alors que les taux de change ont eu un impact positif de +0,4 point sur le taux de croissance de l'exercice. 

Le chiffre d'affaires du second semestre est en recul de 1,4% à 2,680 milliards d'euros, après un recul de 1,7% à 2,447 milliards d'euros au premier semestre. En organique, le recul du chiffre d'affaires est de 1,5% contre une baisse de 2,6% au premier semestre. Le second semestre marque un rattrapage et une accélération des ventes de la branche Aerosystems, tandis que les activités Aircraft Interiors affichent une baisse, s'expliquant par le recul de la branche Seats.

Pour l'année 2017/2018 Le groupe attend un léger recul de ses ventes, qui se décompose en une nouvelle progression des activités Aerosystems, sur un rythme similaire à celui de l'exercice précédent, une stabilisation des activités Cabin, et un nouveau recul de l'activité Seats, impactée par les performances opérationnelles passées.

De plus, le résultat opérationnel courant devrait fortement progresser. Comme pour le chiffre d'affaires, le second semestre sera significativement supérieur au premier.

Enfin, la génération de trésorerie devrait rester forte, en particulier grâce aux actions en cours pour réduire les stocks, ce qui devrait permettre une augmentation des investissements de production.