Bourse

Sociétés

AIR FRANCE-KLM : l’intersyndicale s’oppose à la (probable) nomination de Benjamin Smith

AOF - 16 août 2018


(AOF) - La probable nomination de Benjamin Smith, numéro 2 d’Air Canada, à la tête d’Air France-KLM, a du mal à passer auprès de l’intersyndicale d’Air France. "Il est inconcevable que la compagnie Air France, française depuis 1933, tombe dans les mains d'un dirigeant étranger dont la candidature serait poussée par un groupe industriel concurrent (Delta Airlines pour ne pas le citer)", s’insurge ainsi 9 syndicats dans un communiqué. "Le choix d'un candidat doit se porter sur la défense des intérêts de notre compagnie nationale", ajoutent les organisations.

 

 

Elles déplorent également une nomination qui interviendrait "en catimini" au lendemain du 15 août.

Au final, "Air France mérite que l'on agisse avec plus de transparence pour qu'elle reprenne son envol dans les meilleures conditions possibles après ces 8 mois d'errance sans dialogue puis sans gouvernance", ajoute l'intersyndicale d'Air France.

Le week-end dernier, Air France-KLM s'est retrouvé sous la menace de "quinze jours de grève" si le futur PDG ne reprenait pas les négociations sur les salaires à la rentrée. L'intersyndicale d'Air France réclame une augmentation de 5,1% des salaires du personnel en 2018.

L'avertissement était venu de Philippe Evain, dans le Parisien. Ce dernier est le président du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), principal syndicat des pilotes de la compagnie et artisan des derniers mouvements de contestation au sein d'Air France, qui ont coûté 260 millions d'euros à la société au deuxième trimestre.

Air France-KLM est dirigé par une présidente par intérim, Anne-Marie Couderc, depuis la mi-mai. L'ancien PDG, Jean-Marc Janaillac, avait alors démissionné après avoir été désavoué par ses salariés.