Bourse

Sociétés

ALTICE EUROPE devient l'une des valeurs préférées de RBC et domine la cote néerlandaise

AOF - 09 juillet 2018


(AOF) - Altice Europe (+1,41% à 3,30 euros) a terminé la séance résolument dans le vert, au sein de l'indice néerlandais AEX, grâce à une note favorable de RBC. Selon une source de marché, le bureau d'études a fait de l'opérateur télécoms l'une de ses valeurs préférées avec un objectif de cours de 6 euros. RBC croit à l'amélioration de la génération de cash flow opérationnel et de l'Ebitda du groupe de Patrick Drahi grâce à la réduction des coûts dans sa filiale française SFR et à une hausse des prix du marché.

L'analyste estime qu'Altice Europe devrait continuer à enregistrer de solides gains d'abonnés en France et au Portugal.

Par ailleurs, il voit d'un bon œil les projets de cessions d'actifs dévoilés ces derniers mois avec pour objectif principal de réduire son endettement. Altice Europe a notamment annoncé le 20 juin un accord avec KKR, Morgan Stanley Infrastructure Partners et Horizon Equity Partners afin de leur céder une partie de ses participations dans ses tours télécoms pour 2,5 milliards d'euros.

En France, Altice va céder 49,99% du capital d'une société créée pour l'occasion, SFR TowerCo, et qui sera chargée de gérer les tours de l'opérateur SFR. La transaction valorise SFR TowerCo 3,6 milliards d'euros. Au Portugal, Altice va céder 75% de la future société Towers of Portugal à un consortium composé de Morgan Stanley Infrastructure Partners and Horizon Equity Partners. L'opération valorise Towers of Portugal 660 millions d'euros.

RBC estime que les actifs du groupe en Israël et en République dominicaine pourraient aussi figurer sur la liste des cessions à venir.

S'il se montre donc globalement confiant à l'égard d'Altice, le bureau d'études n'en ignore pas moins les risques qui pèsent sur sa thèse d'investissement. Le modèle d'Altice, basé sur l'endettement, reste à risque, surtout dans un contexte de hausse des taux d'intérêt. De plus, RBC note que l'environnement concurrentiel en France reste volatil.