Bourse

Sociétés

ALTRAN chute de près de 10% en raison d'une forte déception sur le free cash flow

AOF - 06 septembre 2018


(AOF) - Chez Altran, une mauvaise nouvelle chasse l’autre. Le titre du spécialiste de la R&D externalisé a débuté la séance en hausse avant de tomber dans le rouge et il affiche ce soir la plus forte baisse de l’indice SBF 120 : - 8,07% à 8,49 euros. Les investisseurs ont été initialement rassurés sur le fait que les 10 millions de dollars commandes fictives chez Aricent - société américaine achetée au prix fort en 2017 - étaient un événement isolé. L'enquête externe qui a abouti à cette conclusion est aujourd’hui achevée.

Ces révélations avaient fait perdre le quart de sa valeur à Altran, dont l'action efface aujourd'hui une bonne partie de son rebond d'août.

Le groupe a annoncé aujourd'hui avoir entamé une refonte complète des procédures de contrôle interne d'Aricent afin de les mettre aux normes les plus strictes.

" Cela devrait rassurer les investisseurs, même s'il ne s'agit pas d'une grosse surprise car le groupe aurait probablement fait une communication s'il avait découvert des éléments importants supplémentaires cet été ", a commenté Kepler Cheuvreux.

Aujourd'hui, l'ire des investisseurs se concentre sur le free cash flow du premier semestre, qui est bien inférieur aux anticipations. Il est ressorti à - 225 millions d'euros, contre - 14 millions d'euros, un an plus tôt et un consensus de – 74 millions d'euros. Altran a précisé que le niveau du free cash flow sur les six premiers mois de 2018 ne reflète pas celui attendu sur l'ensemble de l'année.

La nette dégradation du free cash flow s'explique par les décaissements de trésorerie liés à l'acquisition d'Aricent, à de nouveaux décaissements dus à l'activité d'Aricent et à une augmentation du besoin en fonds de roulement.

Conséquence de ce free cash flow négatif, la dette nette a atteint 1,7 milliard d'euros, portant le ratio d'endettement d'Altran à 4,2. Or, l'endettement élevé du groupe après l'acquisition d'Aricent était déjà une importante préoccupation des investisseurs. D'où la forte réaction baissière du titre en Bourse alors qu'il avait déjà nettement reculé depuis le 1er janvier. Il perd désormais plus de 30%. Dans sa présentation de l'opération, le groupe avait annoncé prévoir un ratio d'endettement de 3,25 à la finalisation de l'opération.

Altran a d'ailleurs réaffirmé ce matin son objectif d'un ratio d'endettement inférieur à 2,5 en 2020 et inférieur à 1,5 en 2022. La politique de financement d'Altran privilégiera le désendettement. Les autres objectifs 2022 ont été confirmés : un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros contre près de 3 milliards d'euros actuellement en prenant en compte Aricent et une marge opérationnelle d'environ 14,5%.

S'agissant des autres chiffres du groupe au premier semestre, ils n'ont pas réservé de surprises. Le résultat opérationnel courant s'élève à 138,5 millions, en hausse de 29%, reflétant la croissance du groupe et la contribution d'Aricent. La marge opérationnelle courante a atteint 10,1% contre 9,3% un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a atteint 1,3727 milliard, en hausse de 18,5%. Ceci représente une croissance organique de 5% et une croissance économique de 5,2%.