Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - La menace protectionniste fait à nouveau trembler les investisseurs

AOF - 31 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens ont terminé dans le rouge une séance marquée par le retour au premier plan des risques protectionnistes. Donald Trump a mis à exécution ses menaces protectionnistes. Son secrétaire au commerce Wilbur Ross a annoncé que les Etats-Unis imposeraient, à partir de cette nuit 4h du matin heure française, des droits de douane de 25% sur les importations d'acier en provenance de l'Union européenne, du Mexique et du Canada. Ils seront de 10% sur les importations d'aluminium. Le CAC 40 a perdu 0,53% à 5 398,4 points et l'EuroStoxx a baissé de 1% à 3 406,65 points.

Donald Trump aurait déclaré à Emmanuel Macron qu'il interdirait les voitures de luxe allemandes aux Etats-Unis, selon les informations de Wirtschatswoche. Ces propos auraient été tenus en avril dernier et rapportés au magazine allemand par plusieurs diplomates américains et européens. Le président américain aurait même déclaré à son homologue français qu'il travaillerait à ce que plus aucune Mercedes ne roule sur la Cinquième Avenue à New York, ajoute Wirtschatswoche.

Nexity a gagné 1,76% à 49,8 euros après être devenu actionnaire majoritaire du groupe Aegide-Domitys, spécialisé dans les résidences pour seniors non médicalisées. Ce dernier est le numéro un français, avec une part de marché de 21%, dans un secteur en forte croissance. Elle serait en croissance de l'ordre de 10% par an, selon Oddo BHF. Cette opération ne constitue par une véritable surprise, le management du numéro un de la promotion immobilière résidentielle en France avait exprimé la possibilité de se renforcer au capital.

Exel Industries a gagné 0,48% à 105,5 euros à la Bourse de Paris alors que l'avertissement lancé sur ses ventes annuelles, attendues en baisse par rapport à l'exercice précédent, aurait pu faire craindre des cessions de titres massives. En fait, investisseurs et analystes ne sont pas vraiment surpris de cet abaissement de guidance alors que plusieurs d'entre eux avaient déjà révisé leurs prévisions suite à la faiblesse de l'activité au premier semestre. Déjà publié le 19 avril, le chiffre d'affaires d'Exel sur cette période a reculé de 2,3% à 343 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Sur l’ensemble des marchés (intérieur et extérieurs), les prix de production des produits industriels sont en repli en avril 2018 (−0,6% après +0,3% en mars), a indiqué l'Insee. Sur un an, ils décélèrent légèrement (+1,7% après +2% en mars).

Sur un an, en France, les prix à la consommation ont nettement accéléré en mai, à +2% après +1,6 %, selon l’estimation provisoire réalisée par l'Insee en fin de mois. Sur un mois, les prix à la consommation ont augmenté un peu plus fortement qu’en avril (+0,4 % après +0,2 %).

En zone euro, le taux de chômage a baissé à 8,5% en avril, contre 8,6% (révisé de 8,5%) en mars. Le consensus Reuters était à 8,4%.

En zone euro, l'inflation IPCH est ressortie à 1,9% en mai selon une estimation flash d'Eurostat. Le consensus Reuters était de 1,6% après 1,2% en avril.

Les promesses de ventes immobilières ont baissé de 1,3% en avril aux Etats-Unis, après avoir augmenté de 0,6% en mars (chiffre révisé de +0,4%). Le consensus Reuters s’établissait à +0,4%.

L’indice des directeurs d’achat de Chicago est ressorti à 62,7 en mai, après 57,6 en avril. Le consensus Reuters s’établissait à 58.

221 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées lors de la semaine du 26 mai aux Etats-Unis, un nombre inférieur au consensus Reuters s’élevant à 228 000 et au chiffre de la semaine précédente : 234 000.

Aux Etats-Unis, les revenus des ménages ont augmenté de 0,3% en avril et leur consommation a progressé de 0,6%. Ils étaient attendus respectivement en progression de 0,3% et 0,4%. Les revenus avaient augmenté de 0,3% en mars et la consommation de 0,4%. L'indice des prix PCE, mesure préférée de l'inflation de la Fed, a progressé de 1,8%, hors énergie et alimentation en rythme annuel. L'inflation s'élevait déjà à 1,8% en mars et elle est conforme aux attentes.

A la clôture, l'euro cote 1,1654 dollar, en baisse de 0,09%.