Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Le CAC 40 perd plus de 1%, PSA échappe à la baisse

AOF - 01 mars 2018


(AOF) - Les marchés européens ont fini en repli de 1%. Le nouveau président de la Fed, Jerome Powell, a tenté, sans y réussir, de rassurer les investisseurs, qui s’inquiètent d’une politique monétaire plus agressive suite à ses propos optimistes sur la croissance, mardi. Il a bien déclaré aujourd’hui qu’il n’existait pas de preuve de surchauffe de l’économie américaine, mais plusieurs statistiques (inscriptions au chômage au plus bas depuis 1969 et ISM manufacturier meilleur que prévu) ont brouillé le message. Le CAC 40 a cédé 1,09% à 5 262,56 points et l’EuroStoxx50 a perdu 1,16% à 3 399,16 points.

A Londres, WPP (-8,29% à 1278 pence) a été lourdement sanctionné après avoir enregistré une nouvelle baisse organique de plus de 1% (1,3%) de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre. Les "ventes nettes" du groupe, son indicateur privilégié rebaptisé "Revenue less pass-through costs", ont ainsi enregistré leur troisième trimestre consécutif de repli organique. Pour 2018, le groupe de communication ne se montre guère enthousiaste, visant des revenus et une marge stables. Le consensus est à +0,8% et stable. Le début d'exercice n'incite d'ailleurs pas à l'emballement puisque WPP a vu ses revenus reculer de 1,2% en organique.

A Paris, PSA a fini parmi les rares hausses du CAC 40, avec un gain de 4,49% à 19,45 euros. Tout comme son grand rival Renault, le constructeur automobile a en effet aligné les records en 2017, en termes de volume de ventes, de chiffre d’affaires ou encore de résultat net. Des performances globalement supérieures aux attentes des analystes et bien moins impactées que prévu par l’intégration d’Opell-Vauxhall, l’ancienne division européenne de General Motors.

En revanche, Carrefour a chuté de 6,02% à 17,81 euros, retombant à son niveau de début janvier avant la publication du plan stratégique qui a conduit à une nette revalorisation du titre. Si les ambitions à l'horizon 2020 contenues dans ce programme ont plutôt séduit, le retour à ce qui fait la réalité opérationnelle de Carrefour à court terme est douloureux. Le distributeur s'est abstenu de donner des estimations de ses résultats pour 2018 et les analystes retiennent surtout que le redressement du groupe va prendre du temps.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La croissance du secteur manufacturier de la zone euro a ralenti un peu moins qu'initialement annoncé en février, a indiqué le bureau d'études IHS Markit. L'indice des directeurs d'achat pour ce secteur est ressorti à 58,6 en février, contre 59,6 en janvier et une précédente estimation de 58,5. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient la confirmation de cette estimation.

La croissance du secteur manufacturier allemand a ralenti moins qu'initialement annoncé en février, a indiqué le bureau d'études IHS Markit. L'indice des directeurs d'achat pour ce secteur est ressorti à 60,6 en février, contre 61,1 en janvier et une précédente estimation de 60,3. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient la confirmation de cette estimation.

La croissance dans le secteur manufacturier français a ralenti plus qu’initialement annoncé en février, a indiqué le bureau d’études IHS Markit. L’indice des directeurs d’achat pour ce secteur est ressorti à 55,9 en février, contre 58,4 en janvier et une précédente estimation de 56,1. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient la confirmation de cette estimation.

Dans la zone euro, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 8,6% en janvier 2018, stable par rapport à décembre 2017 et en baisse par rapport au taux de 9,6% de janvier 2017, a annoncé Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Il s'agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis décembre 2008 et il est en ligne avec les attentes.

Aux Etats-Unis, les dépenses de construction ont stagné en janvier après avoir progressé de 0,8% (révisé de +0,7%) en décembre. Le consensus Reuters était de +0,3%.

Aux Etats-Unis, l'indice ISM Manufacturier est ressorti à 60,8 en février contre 59,1 en janvier et un consensus Reuters de 58,7.

L'indice des directeurs d'achat (PMI) IHS-Markit du secteur manufacturier aux Etats-Unis a atteint 55,3 dans sa forme définitive en février. Il était de 55,5 en janvier.

Les dépenses des ménages ont progressé de 0,2% en janvier aux Etats-Unis. Les économistes tablaient sur une hausse de 0,2% après +0,4% en décembre. Les revenus des ménages américains ont augmenté, eux, en janvier de 0,4%. Le consensus visait une hausse de 0,3%, après +0,4% en décembre.

Aux Etats-Unis, 210 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées sur la semaine du 24 février, au plus bas depuis décembre 1969, après 222 000 la semaine précédente. Le consensus Reuters était de +226 000.

Aux Etats-Unis, l'indice des prix PCE, l'indicateur privilégié par la Fed pour la définition de sa politique monétaire, est ressorti à 0,4% en janvier. Il avait progressé de 0,1% en décembre et le consensus l'attendait à 0,3%. L'indice "core", hors énergie et alimentaire, a augmenté de 0,3% en janvier contre un consensus de +0,3% et après +0,2% en décembre.

A 17h40, l'euro s'effrite de 0,03% à 1,2188 dollar.