Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - L'enthousiasme pour les actifs risqués est bel et bien retombé

AOF - 12 octobre 2017


(AOF) - Les séances se suivent et se ressemblent cette semaine sur des marchés financiers européens qui, faute de nouveaux catalyseurs, prolongent leur phase de consolidation. Les "minutes" de la Fed n'ont pas levé les incertitudes sur les prochaines étapes de normalisation de la politique monétaire américaine. Le CAC 40 a cédé 0,03% à 5 360,81 pts et le Dax a gagné un modeste 0,14%. Ce dernier a également franchi, pour la première fois de son histoire, le seuil des 13 000 points en séance, à 13 002,34 points, avant de refluer. L’EuroStoxx 50 a clôturé en très légère baisse de 0,06% à 3 605,33 points.

Sky (+1,75% à 9 295 pence) a signé une des plus fortes progressions du FTSE 100 britannique après avoir publié des résultats du premier trimestre solides. Ces performances sont d'autant mieux accueillies qu'elles interviennent dans un contexte difficile pour le secteur de la publicité, même si le groupe de télévision payante peut compenser une baisse éventuelle de ses revenus publicitaires par la vente de ses abonnements. Sur la période de trois mois close fin septembre, Sky a enregistré une croissance de 11% de son Ebitda, à 582 millions de livres sterling.

Vivendi (+0,82% à 21,445 euros) a clôturé proche d'un nouveau sommet pour cette année, soutenu par un faisceau d'actualités favorables. D'abord, le groupe de médias et de divertissement a finalement décidé de procéder à un retrait d'Havas de la cote. Depuis le 04 octobre, date de clôture de son OPA simplifiée sur le groupe de communication, Vivendi en est actionnaire à 94,75%. Hier soir, il a annoncé avoir reçu une demande de rachat supplémentaire pour environ 1,6% du capital de Havas à laquelle il a décidé de donner suite.

Essilor a signé pour la deuxième séance consécutive l'une des plus fortes baisses du marché parisien et retrouve son plus bas niveau pour cette année, à 101,5 euros (-1,88%). Une fois encore, ce sont les analystes qui sont à la manœuvre pour mettre le titre sous pression : ce jeudi, HSBC a ramené son objectif de cours de plus de 150 à 128 euros tandis que Raymond James a abaissé le sien de 126 à 123 euros, selon plusieurs sources de marché. Ce dernier a notamment souligné l'impact que la météo défavorable enregistrée aux Etats-Unis risque d'avoir sur la croissance organique d'Essilor.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, en septembre, l'inflation annuelle IPCH a atteint 1,1% selon une estimation définitive de l'Insee confirmant l'estimation provisoire. D'un mois sur l'autre, les prix ont reculé de 0,2% contre une précédente estimation de -0,1%.

En août, en zone euro, la production industrielle a augmenté de 1,4% par rapport au mois précédent selon Eurostat. Sur un an, elle a progressé de 3,8%. Le consensus Reuters était de +0,5% et +2,6% respectivement.

Aux Etats-Unis, 243 000 nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont été comptabilisées au cours de la semaine close le 7 octobre. Les économistes tablaient sur 255 000 après 258 000 la semaine précédente (chiffre révisé de 260 000).

Aux Etats-Unis, les prix à la production ont progressé de 0,4% en septembre, conformément au consensus. Ils avaient augmenté de 0,2% en août. Les prix à la production "core", c'est-à-dire hors alimentation et énergie, ont également grimpé de 0,4% en septembre contre un consensus de +0,2% et après +0,1% en août.

A la clôture, l'euro cote 1,1843 dollar, en repli de 0,16%.