Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés européens à l'équilibre pour démarrer la semaine

AOF - 14 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens ont terminé à l'équilibre pour entamer cette semaine en dépit de l'ouverture dans le vert de Wall Street. Deux facteurs ont alourdi la tendance : la prévision d'un ralentissement de la croissance française à 0,3% au deuxième trimestre (Destatis et Eurostat dévoileront demain les estimations pour l'Allemagne et la zone euro au premier trimestre) et le léger rebond de l'euro. Ce dernier a été soutenu par des propos du gouverneur de la Banque de France sur l'évolution du QE de la BCE. Le CAC 40 a cédé un symbolique 0,02% à 5 540,68 points et l'EuroStoxx 50 a grappillé 0,01%.

En Europe, EDP a bondi de 10,32% à 4,052 euros, dépassant le prix d'acquisition proposé par le groupe public chinois China Three Gorges (CTG). Ce dernier, premier actionnaire de l'EDF portugais avec 23,3% du capital, a proposé 3,26 euros par action, soit une prime légèrement inférieure à 5% par rapport au cours de clôture du titre EDP vendredi, à 3,11 euros. Ce bond du titre aujourd'hui témoigne de l'attrait spéculatif du dossier. Les investisseurs s'attendent à ce que CTG relève son prix pour convaincre sa cible. Certains pourraient également parier sur l'irruption d'un chevalier blanc.

A Paris, Airbus poursuit le remaniement en profondeur de ses postes de direction. Outre le départ déjà annoncé de son PDG Tom Enders pour le printemps 2019, l'avionneur a annoncé ce matin que Harald Wilhelm (52 ans), son directeur financier, quittera ses fonctions au même moment. Ce départ se trouve mal accueilli par les investisseurs, puisque le titre Airbus a accusé un repli de 2,38% à 97,08 euros, le plus important du CAC 40.

Cast a perdu 5,46% à 3,98 euros dans la perspective d'une augmentation de capital dont les modalités restent encore incertaines. Deux choses sont sûres, et elles n'incitent pas les investisseurs à s'enthousiasmer pour l'opération : l'émission d'actions nouvelles se ferait dans le courant du mois de mai sans droit préférentiel de souscription et elle porterait sur 20% maximum du capital de la société. A la clôture de vendredi soir, la capitalisation boursière de Cast s'élevait à presque 63 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La Banque de France prévoit une croissance de 0,3% en France au deuxième trimestre, selon une première estimation délivrée ce matin. Elle se base sur la légère dégradation du climat des affaires enregistrée en avril dans l'Hexagone : l'indice qui le synthétise est passé de 103 à 102 entre mars et avril dans l'industrie, de 103 à 102 dans les services et de 105 à 104 dans le bâtiment. Si l'on en croit la Banque de France, la croissance serait donc stable en France par rapport à l'expansion attendue par la même institution au premier trimestre, selon un rapport publié le 11 avril. Le 20 mars, l'Insee dévoilait sa propre estimation, de +0,4% au deuxième trimestre comme au premier. Au quatrième trimestre 2017, l'économie français avait progressé de 0,7%.

A la clôture, l'euro cote 1,1973 dollar, en hausse de 0,23%.