Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés européens échouent à rebondir franchement, la crise turque toujours présente

AOF - 14 août 2018


(AOF) - Les marchés européens ont clôturé proches de l’équilibre, échouant à rebondir de manière franche après deux séances de repli. Si la livre turque a finalement retrouvé quelques couleurs face au dollar, faisant descendre d’un cran l’aversion au risque des opérateurs, en revanche, le président turc a remis de l’huile sur le feu en annonçant un futur boycott des produits électroniques américains. De ce fait, les indicateurs économiques du jour n’ont pu soutenir les indices jusqu’au son de la cloche. Ainsi, le CAC 40 a cédé 0,16% à 5 403,41 points et l’EuroStoxx 50 a pris +0,08% à 3 412,24 points.

L'allemand Ceconomy (-9,50% à 6,30 euros), premier actionnaire de Fnac Darty, n'a pas convaincu grand monde avec sa publication trimestrielle. A fin juin, date de clôture du troisième trimestre du distributeur électronique, Ceconomy affichait une perte nette de 90 millions d'euros. Non seulement elle s'est creusée par rapport à son niveau du troisième trimestre de l'exercice précédent, mais en plus elle intervient après un deuxième trimestre déjà dans le rouge (-55 millions d'euros). Par ailleurs, comme sur la période précédente, Ceconomy a été contraint de déprécier massivement sa participation dans Metro, conservée lors de la scission du distributeur allemand réalisée l'année dernière. Au troisième trimestre, cette dépréciation se monte à 138 millions d'euros après 131 millions sur les trois mois précédents. Elle est directement liée à la chute du cours de Metro entre avril et juin : -27% !


Legrand (+0,45% à 62,80 euros) fait partie des valeurs du secteur des biens d'équipement qui gardent les faveurs d'UBS au titre de son "histoire de croissance de qualité". Le broker a publié ce matin une note dans laquelle il tire le bilan du deuxième trimestre pour ce secteur. Il souligne à cette occasion que la valorisation du secteur est élevée alors que le pic de croissance y a sans doute été atteint. Dans ce contexte, les entreprises qui se distinguent sont donc les "histoires de croissance de qualité" mais aussi les "valorisations attractives", UBS citant notamment Alstom dans cette deuxième catégorie.


Les chiffres macroéconomiques du jour


En France, l'inflation IPCH annuelle a été confirmée à 2,6% en juillet, a indiqué l'Insee, après 2,3% en juin. D'un mois à l'autre, elle a reculé de 0,1%, ce qui est aussi conforme à la première estimation. En données publiées, l'inflation annuelle en France a atteint 2,3%.

En France, le taux de chômage au sens du BIT (Bureau international du travail) a reculé de 0,1 point au deuxième trimestre par rapport au premier : il ressort à 9,1% de la population active en France (hors Mayotte), après 9,2% au premier trimestre 2018. Par rapport au deuxième trimestre 2017, le taux de chômage a diminué de 0,3 point.

En zone euro, la croissance du PIB a atteint 2,2% au deuxième trimestre en rythme annuel, selon Eurostat, après 2,5% au premier. Le consensus Reuters était de +2,1%.

En zone euro, la production industrielle a progressé de 2,5% en juin en rythme annuel, a annoncé Eurostat. Le consensus Reuters était de +2,6%. En mai, la production industrielle avait augmenté de 2,6% en rythme annuel (révisé de +2,4%).

En Allemagne, l’indice Zew du sentiment des investisseurs allemands sur les perspectives économiques a atteint -13,7 en août après -24,7 en juillet. Il était attendu à -20,7 par le consensus Reuters.

En Allemagne, l'inflation IPCH (harmonisée au niveau européen) a atteint 2,1% en juillet, a confirmé Destatis. D'un mois à l'autre, elle a été de 0,4%, comme en première estimation. En données publiées, l'inflation annuelle allemande est ressortie à 2% en juillet après 2,1% en juin et 2,2% en mai.


La croissance allemande a atteint 0,5% au deuxième trimestre, selon une première estimation de Destatis. Elle était de 0,4% au premier et le consensus Reuters la donnait à 0,4%. En données non ajustées des effets calendaires, la croissance annuelle a atteint 2,3% après 1,4% au premier trimestre. Le consensus était à +2,5%.

Aux Etats-Unis, les prix à l'importation ont stagné en juillet après avoir baissé de 0,1% (révisé de -0,4%) en juin. Les prix à l'export ont, eux, baissé de 0,5% en juillet après avoir augmenté de 0,2% (révisé de +0,3%) en juin. Le consensus Reuters était de +0,1% et +0,2%.


Vers 17h40, l'euro cède 0,42% à 1,1356 dollar.