Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés européens et américains à l'unisson vers un rebond

AOF - 15 mars 2018


(AOF) - Les marchés européens ont franchement rebondi aujourd'hui, mettant fin à deux séances consécutives de repli. Le CAC 40 a gagné 0,65% à 5 267,26 points et l'EuroStoxx s'est apprécié de 0,68% à 3 414,13 points. Contrairement aux précédentes séances, marquées par une dégradation de la tendance en Europe suivant le retournement à la baisse des indices américains, Wall Street a cette fois servi de catalyseur positif. Les nombreuses statistiques américaines du jour, mitigées, ont accrédité l'idée que l'économie n'est pas en surchauffe et que la Fed n'aura pas besoin d'accélérer son resserrement.

Munich Re (+2,86% à 187,1 euros) a figuré parmi les principales hausses de l’indice Dax 30, le réassureur ayant présenté une prévision de bénéfice net 2018 supérieure à son objectif initial pour 2017 et un programme de rachat d’actions d’1 milliard d’euros. Cette année, le concurrent de Scor vise un bénéfice net compris entre 2,1 et 2,5 milliards d’euros, qui se compare favorablement avec sa prévision initiale pour 2017 de 2 à 2,4 milliards d’euros. UBS juge que cet objectif 2018 est suffisamment bon.

Moins de quatre mois après la présentation de son plan stratégique, Société Générale vient de connaître un coup dur avec le départ inattendu du Directeur général délégué, Didier Valet. En Bourse, l’action de la banque française a affiché la troisième plus forte baisse de l’indice CAC 40, avec un recul de 0,67% à 44,765 euros. Ce départ fait suite à "une différence d’appréciation dans la gestion d’un dossier juridique spécifique du groupe, antérieur à son mandat de Directeur général délégué".

Bourbon a chuté de 11,96% à 5,96 euros soit son plus bas niveau historique. La publication de ce matin a jeté un froid. Le transporteur maritime spécialisé dans le secteur pétrolier a dévoilé une salve de mauvaises nouvelles. Dans le sillage de résultats 2017 dégradés, Bourbon a fait état de prévisions 2018 moroses et d'une situation financière incertaine. La société a reconnu qu'elle n'avait pas respecté différents covenants au 31 décembre. Une situation qui, pour Oddo BHF, fait peser une incertitude significative sur la poursuite de l'exploitation.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Sur un an, les prix à la consommation ont légèrement ralenti en France en février 2018 : +1,2 % après +1,3 % le mois précédent, a annoncé l’Insee. Cette légère baisse de l’inflation provient du ralentissement des prix des services, de l’alimentation et du tabac. Les prix des produits manufacturés sont en faible hausse et ceux de l’énergie augmentent au même rythme qu’en janvier. L’indice des prix IPCH, qui permet la comparaison avec les autres pays européens, a été confirmé en hausse de 1,3% en février après une progression de 1,5% en janvier.

La Banque de France a relevé de 0,2 point, à 1,9%, sa prévision de croissance de l'économie française cette année. "Ceci traduit à la fois un acquis plus fort à la fin de l'année 2017 et des perspectives un peu plus positives qu'anticipé auparavant pour le premier semestre de l'année", résume l'institution. Ainsi, en atteignant 0,6%, la croissance du quatrième trimestre 2017 a dépassé de 0,1 point la prévision de la Banque de France, portant la croissance du PIB en 2017 à 2% (contre 1,8% attendu).

Aux Etats-Unis, l'indice manufacturier de la Fed de New-York est ressorti à 22,5 en mars contre un consensus Reuters de 15 et 13,1 en février. 

L'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie est ressorti à 22,3 en mars contre un consensus Reuters de 23 et 25,8 en février.

226 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées aux Etats-Unis lors de la semaine du 10 mars, contre 226 000 attendus par le consensus Reuters et 230 000 la semaine précédente, chiffre révisé de 231 000.

Les prix à l'importation ont augmenté de 0,4% en février, à comparer avec un consensus Reuters de +0,2% et +0,8% en janvier, chiffre révisé de +1%.

L'indice NAHB, qui mesure la confiance des constructeurs immobiliers aux Etats-Unis, est ressorti à 70 en mars contre un consensus de 72. Il a perdu deux points par rapport à février.

A la clôture, l'euro s'effrite de 0,37% à 1,23202 dollar.