Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés européens s'offrent un rebond

AOF - 12 juillet 2018


(AOF) - Les marchés européens ont rebondi ce jeudi, dans un contexte d’accalmie sur le front commercial et de statistiques satisfaisantes. Ainsi, Donald Trump a tenu des propos rassurants concernant le différend commercial l’opposant à la Chine. Les choses "vont finir par s'arranger" a déclaré le président américain. De plus, les statistiques économiques du jour se sont révélées satisfaisantes, à l’image de la production industrielle en zone euro et de l’inflation aux Etats-Unis. Au son de la cloche, le CAC 40 a progressé de 0,97% à 5 405,90 points et l’Eurostoxx50 de 0,65% à 3 444,57 points.

Asos a dévissé de 9,88% à 5 858 pence, sur la place de Londres. Le site britannique de e-commerce d'articles de mode a donné des indications peu enthousiasmantes sur les perspectives mais aussi sur l'évolution passée de ses ventes. En termes de prévisions d'abord, Asos a indiqué que la croissance de ses ventes annuelles risque de ressortir en bas de sa fourchette de prévision, +25%/+30%. Pour le reste, le groupe britannique prévoit une amélioration d'1 point de sa marge brute annuelle et un résultat imposable "en ligne avec le consensus" de 101 millions de livres.

Vivendi a dominé le CAC 40 à la faveur d'un bond de 5,44% à 21,52 euros. Le titre a été soutenu par Morgan Stanley qui a révisé à la hausse sa prévision de croissance des revenus qu'UMG, filiale musicale de Vivendi, tire du streaming. Leur contribution est majeure car ils devraient représenter environ 70% du chiffre d'affaires d'UMG d'ici 2020, estime l'analyste, contre 43% en 2017. Morgan Stanley anticipe donc une croissance de 34% des ventes en streaming d'UMG en 2018 au lieu de 30% précédemment.

TF1 (+4,02% à 9,44 euros) a bénéficié d'un environnement porteur pour le groupe de médias. La première chaine française profite de l'effet "Coupe du Monde" et de l'arrivée de l'équipe de France en finale. Compte tenu de l'audience très forte que garantit cet événement, la chaine peut facturer ses créneaux publicitaires à des prix très élevés : entre 250 000 et 260 000 euros le spot lors de la demi-finale contre la Belgique. Pour la finale de dimanche, les tarifs pourraient dépasser 300 000 euros. A titre de comparaison, TF1 facturait les 30 secondes de publicité à 140 000 euros lors du premier match des Bleus face à l'Australie.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En Allemagne, l'inflation annuelle IPCH (données harmonisées au niveau européen) a été confirmée à 2,1% en juin. D'un mois sur l'autre, elle est de +0,1%.

En France, l'inflation annuelle IPCH de juin a été révisée à 2,3% par l'Insee, contre une première estimation à 2,4%. D'un mois sur l'autre, elle ressort stable contre une précédente estimation à +0,1%.

En zone euro, la production industrielle a progressé de 2,4% en mai en rythme annuel, a annoncé Eurostat. Le consensus Reuters était de +2,1%. En avril, la production industrielle avait augmenté de 1,7% en rythme annuel.

Aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 0,1% en juin aux Etats-Unis sur un mois et de 2,9% sur un an contre un consensus de respectivement 0,2% et 2,9%. L'inflation était de +0,2% et +2,8% en mai. Hors les éléments volatils que sont l'alimentation et l'énergie, l'inflation a atteint 0,2% sur un mois en juin et 2,3% sur un an.

Aux Etats-Unis, 214 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées lors de la semaine du 7 juillet, contre un consensus Reuters s'élevant à 225 000 et 232 000 (chiffre révisé de 231 000) la semaine précédente.


Vers 17h45, l'euro progresse de 0,09% à 1,1685 dollar.