Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés européens terminent dans le rouge

AOF - 03 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en territoire négatif, au terme d’une séance marquée par les interrogations des opérateurs sur la politique monétaire américaine, les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, et de nombreuses publications trimestrielles. Wall Street n'aura pas servi de locomotive: le S&P 500 perd 1,03% et le Nasdaq 1%. Sur le vieux continent, le CAC 40 a cédé 0,5% à 5 501,66 points et l’EurostoXX 50 a reculé de 0,79% à 3 525,78 points. Côté entreprises, Véolia, Thales et Vicat sont les grands gagnants du jour. A l’inverse, Arkema et Nexans ont souffert.

 

Infineon (-0,36% à 22,15 euros), le fabricant de semi-conducteurs, a relevé son objectif de résultats annuels à la faveur d'un deuxième trimestre meilleur que prévu. Le groupe revient ainsi à ses objectifs initiaux, réduits fin janvier. Sur l'ensemble de l'exercice, clos fin septembre, le concurrent de STMicroelectronics anticipe désormais une croissance de 4% à 7% contre de 3% à 7% auparavant, sur la base d'un taux de change de 1,25 dollar pour un euro. Sur la base d'une croissance dans le milieu de la fourchette, Infineon anticipe désormais une marge d'exploitation ajustée d'environ 17% contre 16,5% précédemment. Selon UBS, le consensus pourrait être révisé à la hausse de 2%.


Veolia Environnement ( +2,61% à 20,22 euros) a signé la plus forte progression du CAC 40 après la publication de résultats du premier trimestre 2018 très solides et la confirmation des objectifs 2018 et 2019. Par ailleurs, les investisseurs saluent la composition de la croissance du groupe. Sur les trois premiers mois de l'exercice, plus de la moitié de la croissance du numéro un mondial des services à l'environnement était composé par ses nouvelles offres destinées aux industriels, comme le traitement des déchets toxiques ou la production d’énergie à partir de déchets.

Nexans (-9,78% à 40,05 euros) a démarré très mal sa séquence 2018-2022 sur laquelle porte le plan "Pace for growth" dévoilé en décembre. Le groupe avait déjà peiné à convaincre du bien-fondé de sa stratégie et l'annonce d'une baisse de 4,6% de son activité au premier trimestre, à 1,028 milliard d'euros, ne devrait pas améliorer la perception du marché. Dans le cadre du plan "Pace for growth", Nexans prévoit une première partie de programme (2018-2019) en croissance organique annuelle de 3%. Au premier trimestre, Nexans a surtout subi une chute de 30,5% de son chiffre d'affaires en Haute tension & Projets, à 137 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En Zone euro, les prix à la production industrielle ont progressé en mars de 0,1% en zone euro, conformément aux attentes des économistes. En février, ces prix étaient restés stables. Sur un an, les prix à la production industrielle ont grimpé de 2,1%, comme prévu.

Par ailleurs, toujours en Zone euro, l'inflation IPCH a atteint 1,2% en avril, selon une première estimation d'Eurostat. Le consensus Reuters la voyait à 1,3%. Elle était ressortie à 1,3% en mars.

Aux Etats-Unis, les commandes à l'industrie ont progressé de 1,6% en mars après +1,6% en février (chiffre révisé de +1,2%). Les économistes tablaient en mars sur une hausse de 1,2%.


Aux Etats-Unis, l'indice ISM des services est ressorti en avril à 56,8. Les économistes tablaient sur 58,3 après 58,8 en mars.


Aux Etats-Unis, l'indice PMI d'IHS Markit pour le secteur des services est ressorti en version définitive à 54,6 après 54 en mars. L'indice composite, qui regroupe l'industrie et les services, s'est établi à 54,9 contre 54,2 en mars.

Aux Etats-Unis, la productivité a progressé de 0,7% au premier trimestre, selon une estimation préliminaire, après avoir stagné sur la période précédente. Le consensus Reuters était de +0,9%. Les coûts du travail, de leur côté, ont augmenté de 2,7% sur la même période. Ils avaient augmenté de 2,5% sur le trimestre précédent et le consensus Reuters était de +2,9%.

Aux Etats-Unis, 211 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées sur la semaine du 28 avril. Elles étaient 209 000 la semaine précédente et le consensus Reuters était de 225 000.

Vers 17h50, l'euro cote 1,1964 dollar, en légère progression de 0,05%.