Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Les résultats des sociétés dopent les indices

AOF - 24 juillet 2018


(AOF) - Les marchés européens ont fini en hausse, soutenus par de bons résultats d'entreprises. Les craintes de guerre commerciale pénalisant la croissance ont été reléguées à l'arrière-plan. En revanche, les banques étaient sur le devant de la scène, bénéficiant notamment des bons résultats d'UBS mais aussi de la hausse des rendements obligataires. Si le 10 ans allemand s'effrite maintenant, il a atteint récemment un plus haut depuis mi-juin. A Paris, Peugeot a bondi alors qu'Opel a renoué avec les bénéfices. Le CAC 40 a clôturé en hausse de 1,04% à 5 434,19 points.

En Europe, UBS (+4,19% à 15,93 francs suisses) affiche la plus forte hausse de l'indice suisse SMI, ses résultats du deuxième trimestre ayant dépassé les attentes grâce à sa banque d'investissement. La saison des résultats s'annonce sous de bons auspices pour le secteur : la semaine dernière, Deutsche Bank avait déjà levé le voile par avance sur une performance bien meilleure que prévu. Les banques bénéficient aussi aujourd'hui de taux à 10 ans en Europe au plus haut depuis la mi-juin.

A Paris, PSA s'est envolé de 14,88% à 23,47 euros, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis 10 ans. Le constructeur automobile a dévoilé d'excellents résultats au titre de son premier semestre 2018. Dans le détail, PSA a dévoilé un résultat net part du groupe de 1,48 milliard d'euros sur la période (+18%, consensus : 1,36 milliard) et un résultat opérationnel courant (ROC) de 3,02 milliards d'euros (+48,1%, consensus : 2,33 milliards), soit 7,8% de marge opérationnelle courante. Opel-Vauxhall, la filiale déficitaire rachetée l'an dernier à GM, est par ailleurs devenue profitable plus vite que prévu.

Edenred a bondi de 10,24% à 31,53 euros alors qu'il prévoit de dépasser "significativement" ses objectifs de croissance organique en 2018. Le groupe vise une hausse de son chiffre d'affaires opérationnel supérieure à 7% et une progression de son Ebit opérationnel supérieure à 9%. Edenred attend un Ebit compris entre 440 et 470 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2018, contre 429 millions d'euros en 2017.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La croissance du secteur privé français en juillet a ralenti légèrement plus que prévu par les économistes, a annoncé le bureau d’études IHS Markit. Selon des données préliminaires, l’indice des directeurs d’achat Composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est ressorti à 54,5 après 55 en juin. Il se compare à un consensus Reuters s’élevant à 54,8. Celui des services est passé de 55,9 en juin à 55,3 en juillet et celui du secteur manufacturier de 52,5 à 53,1. Le consensus était de respectivement 55,7 et 52,4.

En France, l'indicateur du climat des affaires de juillet est ressorti à 106, stable par rapport aux deux mois précédents, annonce l'Insee. Par rapport au mois de juin, l'indicateur de climat des affaires est stable dans le bâtiment et les services. Il gagne un point dans le commerce de détail et en perd un dans l'industrie.

La croissance du secteur privé de la zone euro a ralenti en juillet légèrement plus que prévu par les économistes, a annoncé le bureau d’études IHS Markit. Selon des données préliminaires, l’indice des directeurs d’achat Composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est ressorti à 54,3 après 54,9 en juin. Il se compare à un consensus Reuters s’élevant à 54,8. Celui des services est passé de 55,2 en juin à 54,4 en juillet et celui du secteur manufacturier de 54,9 à 55,1. Le consensus était de respectivement 55 et 54,6.

La croissance du secteur privé allemand a enregistré une accélération inattendue de sa croissance en juillet, a annoncé le bureau d’études IHS Markit. Selon des données préliminaires, l’indice des directeurs d’achat Composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est ressorti à 55,2 après 54,8 en juin. Il se compare à un consensus Reuters s’élevant à 54,7. Celui des services est passé de 54,4 en juin à 55,5 en juillet et celui du secteur manufacturier de 55,9 à 57,3. Le consensus était de respectivement 54,3 et 55,5.

Aux Etats-Unis, l'indice PMI Composite IHS-Markit est ressorti en première estimation à 55,9 au mois de juillet, au plus bas depuis trois mois. Il était de 56,2 en juin. Dans les services, l'indice s'est établi à 56,2 en juillet, également au plus bas depuis trois mois après 56,5 en juin. Enfin, l'indice d'activité manufacturière a atteint 55,5 en juillet, au plus haut depuis deux mois après 55,4 en juin.

A 17h35, l'euro gagne 0,07% à 1,1697 dollar.