Bourse

Marchés

Analyse AOF clôture France/Europe - Un directeur de la BCE fait baisser les marchés

AOF - 09 novembre 2017


(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en baisse après les propos de Benoît Coeuré faisant prendre conscience aux investisseurs que la BCE pourrait ne pas être aussi accommodante que prévu. Il a déclaré que les marchés financiers n'étaient pas assez développés pour que la BCE ait recours indéfiniment à l'assouplissement quantitatif. Du coté des valeurs, Peugeot a terminé en baisse après avoir dévoilé le plan de sauvetage d'Opel qui a mis en lumière la situation critique du constructeur allemand. Le CAC 40 a perdu 1,16% à 5 407,75 points, l'EuroStoxx 50 a terminé en baisse de 1,16% à 3 612,5 points.

En Europe, Commerzbank (+3,45% à 12,13 euros) affiche la plus forte hausse de l'indice Dax 30 en raison d'une performance globalement en ligne au troisième trimestre. La banque allemande a généré un bénéfice net de 472 millions d'euros - ressortant légèrement en dessous du consensus Reuters qui s'élevait à 477 millions d'euros - contre une perte de 288 millions d'euros, un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel est, lui, passé de 429 à 629 millions d'euros. Les revenus avant provisions pour créances douteuses ont augmenté de 3% à 2,51 milliards d'euros.

A Paris, avec Opel/Vauxaul, PSA appuie sur l'accélérateur. Le constructeur français a dévoilé le plan "Pace" destiné à redresser l'ancienne filiale européenne de General Motors acquise pour 2,2 milliards d'euros en mars dernier. Pour atteindre les objectifs définis lors du rachat, PSA entend notamment accélérer la convergence de ses véhicules avec ceux de l'entité allemande. Cette convergence, qui se traduira par l'adoption par Opel/Vayxaul des plateformes de PSA, jugées plus efficientes et plus flexibles, est promise dès 2024, soit trois ans avant le calendrier initial. 

Lagardère, que plusieurs analystes jugent bien valorisé, progresse tout de même de 0,4% à 28,305 euros après avoir fait état d'une croissance organique bien supérieure aux attentes au troisième trimestre. Sur cette période, le groupe de médias, d'édition et de travel retail a vu son chiffre d'affaires progresser de 2,2% en comparable pour atteindre 1,85 milliard d'euros. Les analystes prévoyaient une hausse bien plus limitée, de 0,4% en organique.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En Allemagne, l'excédent commercial a atteint 21,8 milliards d'euros en septembre, en données ajustées des variations saisonnières, vient d'indiquer Destatis. Le consensus Reuters le donnait à 21,1 milliards. En données ajustées toujours, les exportations allemandes ont baissé de 0,4% en septembre et les importations de 1% en septembre sur un mois. En rythme annuel, les premières ont progressé de 4,6% et les secondes de 5,5%.

Le PIB de la France devrait croître de 0,5% au quatrième trimestre, selon une première estimation de la Banque de France. Celle-ci est conforme à la prévision de l'Insee publiée en octobre. Si cette estimation se réalisait, la France afficherait depuis la fin de l'année 2016 une croissance d'au moins 0,5% chaque trimestre. La projection de la Banque de France se fonde sur une amélioration du climat des affaires, tant dans les services que dans l'industrie en octobre.

239 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis, soit 10 000 de plus que la précédente. Ce chiffre est supérieur au consensus Reuters s'élevant à 231 000.

Aux Etats-Unis, les commandes à l'industrie ont progressé de 1,4% en septembre après avoir augmenté de 1,2% en août. Le consensus Reuters était à +1,3%.

Aux Etats-Unis, l'indice ISM des services a atteint 60,1 points en octobre contre 59,8 en septembre et un consensus Reuters de 58,5.


Vers 17h30, l'euro cote 1,164 dollar, en hausse de 0,39%.