Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Fin de semaine teintée de prudence

AOF - 25 mai 2018


(AOF) - Wall Street est attendu en baisse à l’ouverture. En cette fin de semaine, les investisseurs jouent la prudence compte tenu des tensions géopolitiques persistantes. Malgré les déclarations des Etats-Unis et de la Corée du nord voulues rassurantes, les opérateurs prennent acte de l’impossibilité d’une rencontre à court terme entre les deux grandes puissances. Dans ce contexte, le repli plus marqué que prévu des commandes à l’industrie pèse d’autant plus. Vers 15h, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 abandonnent 0,36% à 2 717 points et 0,1% à 6 949 points.

 

Hier à Wall Street


Faut-il croire tout ce que dit Donald Trump ? C'est à cette question que les investisseurs tentent de répondre, n'excluant pas une nouvelle volte-face dans le dossier nord-coréen ou dans celui des relations commerciales. L'annulation du sommet avec Kim Jong-Un et l'annonce d'une enquête sur les importations de matériel automobile ont pesé sur les indices actions. Après une heure de dégringolade, ils ont toutefois commencé à réduire significativement leurs pertes. Le Dow Jones a reculé de 0,30% à 24 811,76 pts après être descendu jusqu'à 24 624,77 points. Le S&P a perdu 0,20% à 2 727,76 points.

Les chiffres macroéconomiques


Aux Etats-Unis, les commandes de biens durables ont baissé de 1,7% en avril après avoir augmenté de 2,7% (révisé de +2,6%) en mars. Le consensus Reuters était de -1,4%. Hors transport, elles ont progressé de 0,9% en avril contre +0,4% (révisé de 0%) en mars et un consensus de +0,5%.

L'estimation définitive de l'indice de confiance du consommateur de l'Université du Michigan pour mai est attendu à 16 heures.

Les valeurs à suivre


APPLE
Samsung a été condamné par la justice américaine à payer 539 millions de dollars à Apple pour violation de brevets. Les deux firmes étaient en bisbilles à ce sujet depuis 7 ans. La firme coréenne avait précédemment été condamnée à payer 399 millions de dollars, elle devra donc débourser 140 millions de dollars supplémentaires. Un jury populaire américain avait estimé en 2012 que Samsung avait violé six brevets d'Apple et condamné la firme coréenne à lui verser 1,051 milliard de dollars. Ce montant avait été réduit au gré des affrontements judiciaires des deux groupes.

AUTODESK
L'éditeur de logiciels de conception assistée par ordinateur Autodesk a dévoilé hier des résultats meilleurs que prévu, mais des prévisions décevantes. Au premier trimestre, clos fin avril, le concurrent de Dassault Systèmes a enregistré une perte nette de 82,40 millions de dollars, soit 38 cents par action, contre une perte de 129,60 millions de dollars ou 59 cents par titre enregistrée l'année dernière à la même époque. Hors éléments exceptionnels, le groupe a généré un bénéfice par action de 6 cents, contre une consensus de 3 cents.

UNITED AIRLINES
United Continental Holdings, maison-mère de la compagnie aérienne United Airlines, a retenu Jane Garvey, pour présider son conseil d'administration. Il s’agit de la première femme à occuper ce poste à la compagnie. Jane Garvey a été par le passé directrice générale de l'Administration fédérale de l'aviation (FAA).

FOOT LOCKER
Foot Locker a enregistré une baisse de 8,3% de son bénéfice net au premier trimestre clos début mai, à 165 millions de dollars ou 1,38 dollar par action. En données ajustées, il a atteint 1,45 dollar par action. Les ventes trimestrielles de Foot Locker, de leur côté, ont augmenté de 1,2% à 2,025 milliards de dollars. En comparable, elles ont baissé de 2,8%. Le consensus FactSet prévoyait un bénéfice par action ajusté de 1,25 dollar, un chiffre d'affaires de 1,96 milliard et une baisse des ventes en données comparables de 3,9%.

LIONS GATE
Lions Gate a enregistré une croissance de 48,2% de son bénéfice net au quatrième trimestre, clos fin mars, à 91,3 millions de dollars ou 41 cents par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action du groupe de médias ressort à 25 cents. Le chiffre d'affaires trimestriel de Lions Gate a baissé de 17% à 1,04 milliard de dollars.

MONSANTO
Bayer réduit ses prétentions. Le groupe chimique allemand, en passe de racheter Monsanto, a réduit sa prévision de synergies liées à la fusion en raison des cessions d'actifs contraintes par les autorités réglementaires. Il attend désormais de l'opération un gain d'Ebitda de 1,2 milliard de dollars par an à l'horizon 2022 contre 1,5 milliard auparavant.