Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Le climat reste lourd

AOF - 05 septembre 2018


(AOF) - Les marchés actions américains devraient prolonger leur repli. Le bras de fer que se livrent les Etats-Unis et le Canada au sujet du remplacement de l'Alena continue de susciter la crainte, tout comme les tensions persistantes entre Washington et Pékin. Les investisseurs s'inquiètent également de la situation des pays émergents pénalisés par la guerre commerciale lancée par Donald Trump contre le reste du monde, la hausse du dollar et la robustesse des cours du pétrole. Vers 14h45, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 cèdent 0,31% à 2 889,25 points et 0,38% à 7 609,75 points.

Hier à Wall Street

Les marchés américains ont clôturé en territoire négatif mardi, dans un contexte toujours alourdi par les incertitudes sur le dossier du commerce international. Les valeurs technologiques étaient également mal orientées, dans le sillage de Facebook dégradé par un analyste. De son côté, Nike a terminé en repli marqué après des appels au boycott à la suite de sa nouvelle campagne publicitaire. Au son de la cloche, l'indice S&P 500 a perdu 0,17% à 2 896,72 points et le Nasdaq Composite a reculé de 0,23% à 8 091,23 points.

Les chiffres macroéconomiques

Le déficit de la balance commerciale américaine s'est creusé en juillet à 50,1 milliards de dollars, après 45,7 milliards en juin (chiffre révisé de 46,3 milliards).

Les valeurs à suivre

FACEBOOK
Instragram, filiale de Facebook, travaille au lancement d'une nouvelle application dédiée au commerce en ligne, révèle le site américain spécialisé The Verge. Cette application, qui pourrait s'appeler IG Shopping, permettrait aux utilisateurs de sélectionner des produits et de les acheter directement.

WORKDAY
Le spécialiste des solutions Cloud dans le domaine de la finance et des ressources humaines Workday a dévoilé des résultats meilleurs que prévu, mais des prévisions décevantes. Au deuxième trimestre, clos fin juillet, le groupe a essuyé une perte nette de 86,15 millions de dollars, soit 40 cents par action, contre une perte de 82,5 millions de dollars, représentant 40 cents par action, un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le groupe a enregistré un bénéfice par action de 31 cents, dépassant de 5 cents le consensus Thomson Reuters.