Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - L'embellie se prolonge

AOF - 04 juin 2018


(AOF) - Les marchés actions américains sont attendus en hausse à l’ouverture ce lundi. Les investisseurs sont soulagés par l’apaisement des tensions politiques en Europe. Le risque d’une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, et entre les Etats-Unis et l’Europe, est relégué au second plan. Au chapitre des valeurs, Facebook est attendue en repli après avoir été de nouveau mis en cause dans le partagage de données sans autorisation. Monsanto disparaitra jeudi, absorbé par Bayer. Vers 15h, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 gagnent 0,32% à 2 742,5 points et 7 107,50 points.

Vendredi à Wall Street


Wall Street a bien mieux terminé la semaine qu’elle ne l’avait commencé. En plus de profiter de la détente dans le dossier italien - le gouvernement a prêté serment vendredi - la Bourse américaine a bien réagi à de très solides statistiques. Le taux de chômage a reculé et les créations d’emplois ont été plus nombreuses que prévu, le tout combiné à un indice ISM Manufacturier supérieur aux attentes. De quoi faire oublier la guerre commerciale entamée quelques heures plus tôt avec l’entrée en vigueur de droits de douane aux Etats-Unis. Le Dow Jones a gagné 0,90% à 24 635,21 pts et le S&P 1,08%.

Les chiffres macroéconomiques

Les commandes à l'industrie d'avril seront dévoilées à 16h00.

Les valeurs à suivre

3M
3M a finalisé la cession de quasiment toutes ses activités Communication à Corning, pour 870 millions de dollars. Ce pôle comportait les actifs de 3M dans le domaine de la connectivité cuivre ou optique pour le secteur des télécoms. Le groupe américain compte finaliser d'ici la fin de l'année la vente du solde de ses activités Communication, pour environ 30 millions de dollars. L'intégralité du pôle Communication de 3M représente environ 400 millions de dollars de chiffre d'affaires. Ces opérations devraient se traduire par un apport de 40 à 45 cents par action aux résultats annuels de 3M.

FACEBOOK
Facebook est attendu en repli à Wall Street à la suite d'une information du New York Time selon laquelle l'accord qu'il aurait passé avec plus de 60 fabricants de matériel, dont Amazon, Apple, BlackBerry, Microsoft et Samsung, leur aurait permis d'accéder aux données des amis de ses utilisateurs, sans l'autorisation de ceux-ci. Or ce partage serait intervenu alors que le réseau social avait déclaré que de telles informations ne seraient plus disponibles à de tierces parties.

FIAT CHRYSLER
Fiat Chrysler Automobiles (FCA) poursuit sa dégringolade aujourd'hui à la Bourse de Milan. Le titre recule ainsi de presque 7%, après avoir déjà cédé 4,36% lors de la précédente séance. Qu'en sera t-il à Wall Street où la valeur est également cotée? Le constructeur italo-américain a dévoilé vendredi après-midi son plan stratégique à horizon 2022. Le plan prévoit d'investir 9 milliards d'euros dans l'électrification de ses véhicules d'ici 4 ans et FCA devrait abandonner le diesel pour ses voitures particulières d'ici à 2021.

GENERAL CABLE
Prysmian finalisera cette semaine, mercredi précisément, l'acquisition de General Cable. Les deux groupes ont reçu le feu vert des autorités américaines, les dernières à se prononcer sur ce projet. Le 14 mai dernier, la Commission européenne avait déjà validé le rapprochement à 3 milliards de dollars. Avec General Cable, Prysmian va asseoir sa place de n°1 mondial du câble, avec un chiffre d'affaires proforma de 11 milliards d'euros, devant notamment le Français Nexans.

LOWE'S
Lowe's annonce à l'instant le départ prochain, effectif le 5 octobre, de son directeur financier Marshall A. Croom. Il restera à son poste en attendant la nomination de son successeur puis gardera un rôle de conseil pendant une période de transition jusqu'à son départ. Lowe's cherche à l'extérieur du groupe son nouveau directeur financier. Ce changement à la direction financière du distributeur canadien est logique compte tenu du fait que son président s'apprête à changer.

MONSANTO
La marque Monsanto vit ses derniers jours. Jeudi, elle sera absorbée par le groupe allemand Bayer, une opération à 62,5 milliards de dollars. "Bayer demeurera le nom de l’entreprise. Monsanto en tant que nom d’entreprise ne sera pas maintenu", a indiqué Bayer, qui a obtenu toutes les autorisations nécessaires des régulateurs après deux ans de tractations. Pour obtenir le feu vert des autorités de la concurrence américaine et européenne, le groupe allemand a été contraint de céder d'importantes activités à son rival BASF, pour une valeur de près de 9 milliards de dollars.

TYSON FOODS
Tyson Foods a annoncé vendredi la vente de Sara Lee Frozen Bakery et de trois autres marques (Chef Pierre, Bistro Collection, Van's) à la société de capital-investissement Kohlberg. Le groupe agroalimentaire américain entend ainsi recentrer ses activités. Les termes financiers de l'accord n'ont pas été dévoilés. Ce dernier inclut également la cession des sites de production de Tarboro et Traverse City, ainsi qu'un bureau de vente au Canada. Dans son communiqué, le groupe agroalimentaire précise que les 1 160 personnes concernées par l'opération garderont leur position.

WALMART
Walmart va céder 80% de sa filiale brésilienne au fonds de private equity Advent, le distributeur conservant les 20% restants. Aucun élément de valorisation de ces actifs n'a été dévoilé. En revanche, Walmart a indiqué qu'il passerait dans ses comptes du deuxième trimestre une perte non-cash de 4,5 milliards de dollars liée à cette opération. Le n°1 mondial de la distribution n'attend aucun impact significatif de cette cession sur son bénéfice par action cette année et un léger impact l'année prochaine.

WHIRLPOOL
Credit Suisse a relevé de Neutre à Surperformance son opinion sur Whirlpool, auquel il fixe un objectif de cours de 195 dollars (contre 170 dollars précédemment). Le bureau d'études souligne que Whirlpool devrait bénéficier de la hausse des prix des appareils électroménagers aux Etats-Unis (environ 5% depuis le début de l'année) d'autant que cette dernière ne se fait pas au détriment de la demande, également en progression. Ainsi, Whirlppol devrait être en mesure de compenser la hausse attendue de ses coûts de matières premières.