Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - L'inflation rassure

AOF - 13 mars 2018


(AOF) - Wall Street est attendu en hausse après l’annonce d’un ralentissement conforme aux attentes de l'inflation en février. Cet indicateur, publié quelques jours après l’annonce d’une progression modérée des salaires, éloigne pour l’instant le scénario d’une accélération de la normalisation de la politique monétaire de la Fed. Au chapitre des valeurs, Qualcomm risque d’être pénalisé par la décision de la Maison Blanche d’interdire son rachat pour 117 milliards de dollars par Broadcom. Vers 13h50, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 grimpent de 0,48% à 2 797,25 points et 0,4% à 7 168,25 points.

 

Hier à Wall Street


Wall Street a terminé sans réelle tendance hier : le Dow Jones a baissé de 0,62% à 25 178,61 points, le Nasdaq a atteint un nouveau sommet de 7 588,32 points (+0,36%) et le S&P a oscillé autour de l'équilibre toute la journée pour terminer à -0,13%. Les investisseurs ont été tentés de consolider leurs gains engrangés la semaine dernière, au cours de laquelle le Dow Jones a repassé les 25 000 points pour la première fois depuis le 28 février. De plus, ils ont fait preuve de prudence dans un contexte de baisse des cours du pétrole et en attendant les chiffres de l'inflation américaine ce mardi.

Les chiffres macroéconomiques

La croissance mondiale devrait accélérer pour atteindre 3,9% en 2018 et 2019 contre 3,7% en 2017, a annoncé l'OCDE, qui a relevé de respectivement 0,2 point et 0,3 point ses prévisions de novembre. L'organisme international est plus optimiste en raison de la baisse des impôts aux Etats-Unis et d'une politique budgétaire plus expansionniste en Allemagne.

Aux Etats-Unis, l'inflation CPI (par opposition à l'autre indicateur de l'inflation qui est le PCE) est ressortie à 0,2% en février sur un mois. Elle était de 0,5% en janvier et le consensus était de +0,2%. Sur un an, l'inflation américaine a atteint 2,2% contre 2,1% en janvier et un consensus de 2,2%. En données "core", c'est-à-dire ajustées des prix de l'alimentaire et de l'énergie, l'inflation a été de 0,2% en février, après 0,3% en janvier. Le consensus Briefing était de +0,2%.

Les valeurs à suivre

ALIBABA
Ant Financial, filiale de services financiers d'Alibaba, a noué un partenariat stratégique avec l'opérateur télécoms Telenor (Norvège) aux termes duquel Ant Financial va acquérir 45% du capital de Telenor Microfinance Bank (TMB), filiale de Telenor. Ant Financial met 184,5 millions de dollars sur la table pour réaliser cette acquisition. TMB gère Easypaisa, la première plateforme de services financiers mobiles du Pakistan, présente dans le pays depuis 2009. TMB s'adresse également avec des offres dédiées à la population non-bancarisée du Pakistan, soit environ 100 millions de personnes.

BROADCOM/QUALCOMM
Donald Trump a sifflé la fin de la partie pour Broadcom qui ne pourra pas racheter Qualcomm, malgré les gages offerts ces derniers jours. Sur recommandation du Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), le président américain a interdit par décret le rachat du spécialiste des puces pour smartphones au nom de la sécurité nationale. Qualcomm avait initialement rejeté l'offre de 117 milliards de dollars de Broadcom, jugeant qu'elle le sous-valorisait.

DISTRIBUTION/GRANDE CONSOMMATION
Le secteur américain de la distribution et des marques de consommation grand public fait l'objet d'une vaste note de Credit Suisse qui a initié sa couverture de nombreuses valeurs. Le bureau d'études souligne les perspectives favorables à court terme d'un secteur qui vient d'enregistrer sa meilleure période de Noël depuis de nombreuses années et qui devrait donc rester sur sa lancée au premier trimestre 2018. Dans le détail, Credit Suisse a initié sa couverture avec une opinion Surperformance de Estée Lauder, Foot Locker, Canada Goose, Michael Kors, Kohl's, Tiffany, Nike ou encore Lululemon. Pour leur part, Gap, Nordstrom, L Brands, Macy's ou Under Armour ont droit à une opinion Neutre. Enfin, Credit Suisse a opté pour une opinion Sousperformance concernant JCPenney et The Finnish Line.

FERRARI
Credit Suisse initie la couverture du titre Ferrari avec une opinion Surperformance et un objectif de cours de 150 dollars. Dans sa note de recherche, l'analyste se montre très positif sur le constructeur italo-américain et salue la visibilité de la marque de luxe sur ses revenus grâce à une liste d'attente de 1 à 2 ans sur ses nouveaux modèles, dont 60% des clients s'avèrent récurrents.

STAPLES
Staples a perdu son Chief Human Resources Officer (directeur des ressources humaines), Régis Mulot, parti chez Ipsen pour occuper le même poste. Il était chez le spécialiste de fournitures de bureau depuis 2009. Avant de rejoindre Staples, Régis Mulot avait occupé des postes de Direction des Ressources Humaines au sein de Levi Strauss & Co et de la start-up technologique Broadnet Europe, après avoir travaillé au sein de GTECH Corporation, d'International Post Corporation et de Chronopost.

STARBUCKS
Starbucks a signé un accord de licence avec le groupe SouthRock, aux termes duquel ce dernier va opérer la marque Starbucks au Brésil. Le groupe américain est présent au Brésil depuis 2006 et y détient aujourd'hui 113 cafés dans 17 villes des Etats de Rio de Janeiro et de Sao Paulo. En s'appuyant sur la connaissance du pays qu'a SouthRock, Starbucks espère s'ouvrir de nouveaux marchés dans la région.

UNITED CONTINENTAL
United Continental est attendu en hausse à l'ouverture. La compagnie aérienne américaine a relevé sa prévision de chiffre d'affaires par passager par siège disponible et par mile (PRASM) pour le premier trimestre. Elle table sur une hausse comprise entre 1% et 3% de cet indicateur de référence contre une progression de nulle à +2% précédemment. Le groupe a également abaissé sa prévision de croissance de ses capacités, désormais comprise entre 3,5% et 4% contre entre 3,5% et 4,5% auparavant. La compagnie a par ailleurs confirmé son objectif de bénéfice par action 2020 entre 11 et 13 dollars.