Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Que le Black Friday commence !

AOF - 24 novembre 2017


(AOF) - Au lendemain d'un jour férié pour cause de Thanksgiving, les marchés actions américains devraient ouvrir en légère hausse une séance écourtée. Toujours en raison de la fête américaine, Wall Street partira en week end à 19h. La tendance pourrait toutefois s'inverser avec la publication des indices PMI. Très peu d'actualité est à signaler du côté des entreprises. Le secteur de la distribution sera toutefois scruté alors que les enseignes bénéficient de Thanksgiving et surtout, du Black Friday. Les futures sur le Dow Jones gagnent 0,19%, ceux sur le Nasdaq sont en hausse de 0,14%.

 

Hier à Wall Street


Wall Street a clôturé en baisse sa dernière séance complète de la semaine : les marchés américains sont fermés ce jeudi en raison de Thanksgiving et ne vivront qu'une demi-séance vendredi. Malgré la baisse du dollar, l'heure était donc aux prises de bénéfices après les records du début de semaine, une tendance renforcée par des statistiques peu engageantes. Les minutes de la Fed - qui ont conforté le scénario d'un relèvement des taux en décembre et confirmé la prudence de membres du FOMC face à l'inflation - n'ont pas eu beaucoup d'impact. Le DJIA a cédé 0,27% à 23 526,18 pts et le S&P 0,08%.

Les chiffres macroéconomiques

Wall Street fermera de manière anticipée, à 19h00 heure française.

Aux Etats-Unis, IHS-Markit dévoilera son indice flash des directeurs d'achat (PMI) Composite (industrie + services) de novembre.

Les valeurs à suivre

CBS / DISH NETWORK
Dish Network a trouvé un accord avec le groupe de médias CBS pour permettre à ses abonnés d'avoir de nouveau accès aux chaines CBS Sports Network, Pop, et Smithsonian Channel. Les termes de l'accord n'ont pas été dévoilés. Mardi dernier, Dish avait annoncé que CBS avait décidé de bloquer cet accès aux abonnés du groupe dans 26 Etats américains. Selon Dish Networks, l'enjeu pour CBS était de renégocier les frais de rediffusion de ses programmes.

TEVA
Dans la tourmente, Teva tranche dans le vif. Le numéro un mondial des génériques envisagerait de supprimer de 20 à 25% de ses 6 860 salariés en Israël ainsi que plus de 10% de ses 10 000 employés aux Etats-Unis. Des suppressions de postes seraient également prévues en Europe, où le laboratoire pharmaceutique emploie plus de 24 000 personnes, selon le quotidien économique Calcalist.