Bourse

Marchés

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Repli attendu : Donald Trump met le feu aux poudres

AOF - 20 juillet 2018


(AOF) - Les marchés américains sont attendus dans le rouge alors que Donald Trump met de l'huile sur le feu de la guerre commerciale. Le président américain a menacé de mettre en place des droits de douanes sur 500 milliards d'importations chinoises. Les investisseurs s'inquiétaient déjà du risque que l'affrontement commercial avec l'Empire du milieu se déplace vers le marché des changes, Donald Trump s’étant plaint de la vigueur de la devise américaine. Côté valeurs, GE, Honeywell, Microsoft ont notamment présenté leurs comptes. Les futures sur le S&P 500 perdent 0,28% à 2 797,50 points.

Hier à Wall Street


Les marchés américains ont terminé en baisse dans le sillage de la hausse du dollar et de résultats trimestriels globalement décevants. Il en va ainsi pour de grands noms de la cote, tels qu’Ebay, American Express, Alcoa, Blackstone et Travelers. Seul IBM a tiré son épingle du jeu. Face à cette déferlante, les bonnes statistiques économiques du jour n’ont guère fait le poids. Pourtant, le « Philly Fed » est ressorti à 25,7 en juillet là où le consensus visait 21,5. Le Dow Jones a terminé en repli de 0,53% à 25 064,50 points. Le Nasdaq a cédé 0,37% à 7 825,30 points.

Les chiffres macroéconomiques

Aucune statistique n'est attendue.

Les valeurs à suivre

AUTOMOBILE

Les risques de guerre commerciale se ravivent. Une hausse des droits de douane sur les voitures importées aux Etats-Unis amputerait d'environ six milliards d'euros le produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui Eric Schweitzer, le président de la fédération allemande des Chambres de commerce (DIHK), selon les propos rapportés par Reuters. Pour mémoire, Donald Trump envisage une augmentation des droits de douane de 25% sur les importations de véhicules et de pièces détachées aux Etats-Unis. Le président américain dénonce un déséquilibre dans les relations commerciales.

FIAT CHRYSLER

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) aurait donné le coup d'envoi de la scission de sa filiale d'équipements Magneti Marelli, selon les informations dévoilées hier soir par Reuters. La filiale sera ainsi enregistrée aux Pays-Bas et cotée à la Bourse de Milan, poursuit l'agence de presse, qui avance une valorisation comprise entre 3,6 et 5 milliards d'euros. Aucune réaction officielle n'est disponible pour le moment.

GENERAL ELECTRIC

General Electric publie aujourd'hui des résultats du deuxième trimestre 2018 en baisse, mais supérieurs aux attentes. Ainsi, le conglomérat américain a réalisé un bénéfice net part du groupe des activités poursuivies de 736 millions de dollars sur la période, en recul de 28% par rapport au deuxième trimestre 2017. Le bénéfice par action ressort à 8 cents, contre 12 cents un an auparavant. Sur une base ajustée, il s'établit à 19 cents, dépassant les attentes du consensus Thomson Reuters (17cents).

HONEYWELL

Le conglomérat industriel, Honeywell, a relevé ses objectifs annuels pour la troisième fois de l'année à la faveur d'un deuxième trimestre meilleur que prévu. Le bénéfice net a atteint 1,27 milliard d'euros, soit 1,68 dollar par action, contre 1,39 milliard de dollars, soit 1,80 dollar par action, un an plus tôt. Corrigé des éléments exceptionnels, le bénéfice par action a atteint 2,12 dollar, soit 11 cents de mieux que le consensus Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires trimestriel du groupe, pour sa part, a progressé de 8%, dont +6% en organique, à 10,92 milliards de dollars.

MICROSOFT

Microsoft a dévoilé hier soir des bénéfices plus élevés que prévu. Au quatrième trimestre, clos fin juin, le géant de l'informatique a enregistré un bénéfice net en progression de 10% à 8,87 milliards de dollars, soit 1,03 dollar par action. Corrigé des éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,13 dollars, surpassant de 5 cents le consensus Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires de Microsoft a atteint pour sa part 30,1 milliards de dollars, en hausse de 17% sur un an alors que les analystes attendaient 29,21 milliards de dollars.

SCHLUMBERGER

Le numéro un mondial du secteur parapétrolier Schlumberger a présenté des comptes en nette amélioration grâce à la hausse des cours du pétrole. Au deuxième trimestre, le bénéfice net a atteint 430 millions de dollars, soit 31 cents par action, contre une perte de respectivement 74 millions de dollars et 5 cents, un an auparavant. Le bénéfice par action ajusté est ressorti à 43 cents, en ligne avec les attentes. Les revenus ont bondi de 11% à 8,3 milliards de dollars, là où le marché visait 8,36 milliards de dollars.

STATE STREET

State Street a présenté des résultats en amélioration au deuxième trimestre. Le prestataire de services financiers aux investisseurs institutionnels a vu son bénéfice net augmenter de 19,5% à 698 millions de dollars, soit 1,88 dollars par action. Corrigé des éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 2,05 dollars, dépassant de 4 cents le consensus. Les revenus ont augmenté de 7,7% à 3,03 milliards de dollars, là où le marché attendait 3,05 milliards de dollars.