Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Dans le vert avant la croissance américaine du deuxième trimestre

AOF - 27 juillet 2018


(AOF) - Les marchés européens évoluent dans le vert à la mi-séance. L’apaisement des craintes sur le front commercial laisse le champ libre aux investisseurs pour arbitrer les nombreuses publications du jour. A ce jeu-là, Carrefour est le grand gagnant, tandis que Kering chute lourdement. Toutefois, la macroéconomie fera son retour cet après-midi avec notamment la première estimation de la croissance américaine du deuxième trimestre. Vers 12h, le CAC 40 avance de 0,27% à 5 495,13 points et l’Eurostoxx50 progresse de 0,42% à 3 523,95 points.

Pearson (+3,27% à 954 pence) se fait un nom aujourd'hui sur la place de Londres, après la publication de ses résultats semestriels. A fin juin, le groupe anglais, en plein recentrage de ses activités sur l'édition scolaire et la formation, affichait un bénéfice par action ajusté en nette hausse, passé de 5,6 à 8,2 pence en un an. Son bénéfice opérationnel ajusté s'est stabilisé à 107 millions de livres sterling en données publiées mais a bondi de 46% en sous-jacent. Enfin, le chiffre d'affaires semestriel de Pearson a progressé de 2% en données sous-jacentes.


Carrefour est le grand gagnant de la nouvelle salve de publications qui s'est abattue sur le marché parisien entre hier soir et ce matin. Le titre du distributeur bondit de 11,43% à 15,49 euros, à son plus haut niveau depuis fin mai. Hier soir, Carrefour a dévoilé des résultats semestriels marqués par une nette surperformance au niveau de son résultat opérationnel courant. Ce dernier a augmenté de 6% à 597 millions d'euros. Certes, l'ampleur du dépassement diffère selon que l'on prend en compte ou non l'impact positif de la déconsolidation des magasins Dia.

Kering (-7,32% à 466 euros) accuse le plus lourd repli du CAC 40, malgré la publication de résultats du premier semestre 2018 en forte progression. Ainsi, le résultat net part du groupe bondit de 185,7% et s'établit à 2 359,6 millions d'euros. Pour sa part, le chiffre d'affaires ressort à 6 431,9 millions d'euros et affiche une croissance de 26,8% en données publiées et 33,9% à périmètre et taux de change comparables. Toutefois, les investisseurs semblent tiquer sur la croissance organique de Gucci (40%), qui s'est révélée au-dessous du consensus (42%).

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, au deuxième trimestre 2018, le produit intérieur brut (PIB) en volume a progressé au même rythme qu'au premier trimestre : +0,2 %. Elle est inférieure au consensus Reuters de +0,3%.


En juin 2018, les dépenses de consommation des ménages en biens sont presque inchangées en France : +0,1 % en volume, a annoncé l'Insee. Elles étaient anticipées en progression de 0,6%, selon le consensus Reuters. À l'exception des achats de biens d'équipement du logement, relativement dynamiques, la consommation est atone. Sur l'ensemble du trimestre, la consommation des ménages en biens a diminué pour le troisième trimestre consécutif : -0,3 % après -0,1 % au premier trimestre 2018 ainsi qu'au quatrième trimestre 2017.

Aux Etats-Unis, la première estimation de la croissance du deuxième trimestre sera publiée à 14h30 et l'indice définitif de la confiance du consommateur de l'Université du Michigan pour juillet à 16 heures.

Vers 12h, l'euro cote 1,1625 dollar, en repli de 0,13%.