Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - La prudence est de mise, les statistiques américaines pourraient servir de catalyseurs

AOF - 03 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens évoluent sur une note morose à la mi-séance, alors que les opérateurs tâchent toujours d’interpréter les propos énigmatiques de la Fed et que le dossier commercial revient sous les feux des projecteurs. L’institution a introduit hier soir la notion d'objectif d’inflation « symétrique », laissant les opérateurs pour le moins perplexes. Par ailleurs, ces derniers redoutent que la brève rencontre entre Chine et Etats-Unis ne donne lieu à aucune avancée concrète sur le plan commercial. Vers 12h10, le CAC 40 cède 0,26% à 5 514,8 pts et l’Eurostoxx50 0,33% à 3 541, 99 pts.

Adidas (-1,01% à 205,10 euros) n'a pas soulevé l'enthousiasme à l'occasion de sa publication trimestrielle. Pourtant, le groupe a enregistré un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 540 millions d'euros au titre de son premier trimestre. Il a augmenté de 18,7%. En prenant en compte les seules activités poursuivies - Adidas s'est notamment désengagé de ses activités golf l'année dernière - son bénéfice net a progressé de 17,4% à 542 millions. Le bénéfice opérationnel de l'équipementier allemand a augmenté de 17,1% à 746 millions d'euros. La marge opérationnelle ressort ainsi à 13,4% (+1,7 point) du chiffre d'affaires. Ce dernier a atteint 5,548 milliards d'euros au premier trimestre. Les revenus d'Adidas ont bondi de 10% à changes constants.


Veolia Environnement ( +2,92% à 20,28 euros) signe la plus forte progression du CAC 40 après la publication de résultats du premier trimestre 2018 très solides et la confirmation des objectifs 2018 et 2019. Par ailleurs, les investisseurs saluent la composition de la croissance du groupe. Sur les trois premiers mois de l'exercice, plus de la moitié de la croissance du numéro un mondial des services à l'environnement était composé par ses nouvelles offres destinées aux industriels, comme le traitement des déchets toxiques ou la production d’énergie à partir de déchets.

Nexans (-9,01% à 40,39 euros) démarre très mal sa séquence 2018-2022 sur laquelle porte le plan "Pace for growth" dévoilé en décembre. Le groupe avait déjà peiné à convaincre du bien-fondé de sa stratégie et l'annonce d'une baisse de 4,6% de son activité au premier trimestre, à 1,028 milliard d'euros, ne devrait pas améliorer la perception du marché. Dans le cadre du plan "Pace for growth", Nexans prévoit une première partie de programme (2018-2019) en croissance organique annuelle de 3%. Au premier trimestre, Nexans a surtout subi une chute de 30,5% de son chiffre d'affaires en Haute tension & Projets, à 137 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En Zone euro, les prix à la production industrielle ont progressé en mars de 0,1% en zone euro, conformément aux attentes des économistes. En février, ces prix étaient restés stables. Sur un an, les prix à la production industrielle ont grimpé de 2,1%, comme prévu.

Par ailleurs, toujours en Zone euro, l'inflation IPCH a atteint 1,2% en avril, selon une première estimation d'Eurostat. Le consensus Reuters la voyait à 1,3%. Elle était ressortie à 1,3% en mars.

Aux Etats-Unis
, la balance commerciale de mars, la première estimation de la productivité et des coûts du travail au premier trimestre et les inscriptions hebdomadaires au chômage sont attendues à 14h30.

L'indice définitif des directeurs d'achat (PMI) Services pour avril sera dévoilé à 15h45 tandis que l'indice ISM des services d'avril et les commandes à l'industrie en mars seront connus à 16h.

Vers 12h10, l'euro cote 1,1988 dollar, en hausse de 0,26%.