Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - L'annonce de nouvelles négociations sur le commerce ravive l'appétit pour le risque

AOF - 16 août 2018


(AOF) - Les marchés européens rebondissent prudemment après leur mauvaise journée d'hier. Ils profitent de la rencontre annoncée pour la fin du mois entre Wang Fuwen, vice-ministre chinois au commerce, et David Malpass, du Département américain du Trésor, pour évoquer la crise commerciale. Cette reprise des négociations afin de calmer la guerre commerciale redonne de l'appétit pour les actifs risqués aux investisseurs : les taux longs et les cours du pétrole remontent, le dollar s'affaisse. De quoi oublier (temporairement) la crise turque. Le CAC 40 gagne 0,44% à 5 328,54 points et l'EuroStoxx 0,35%.

Les gestionnaires d'infrastructures de transport cotés sur les marchés européens broient du noir. En Espagne, ACS, qui a participé au rachat d'Abertis, perd 4,74% et occupe la dernière place de l'indice Ibex. Ferrovial recule de 0,83% et Aena de 0,55%. A Paris, Vinci ferme la marche du CAC 40 à la faveur d'une baisse de 1,42%, suivi de près par Eiffage (-1,36%). La contagion s'étend même au-delà des concessionnaires d'autoroutes puisque Getlink (ferroviaire) perd 3,13% et ADP (aérien) 1,14%.

JCDecaux accélère son rebond après avoir clôturé avant-hier à son plus bas niveau de l'année. Suite à son modeste gain de 0,15% hier, le titre bondit de 5,99% aujourd'hui, à 27,7 euros. A la manoeuvre se trouve l'analyste de Berenberg qui a relevé de Conserver à Acheter sa recommandation sur JCDecaux auquel il fixe un objectif de cours, inchangé, de 32 euros. Ce dernier adopte une vue plus "constructive" sur le dossier de l'afficheur français après sa récente sousperformance. L'annonce fin juillet d'une rentabilité inférieure aux attentes au premier semestre a entrainé la baisse de l'action.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L'excédent commercial de la zone euro s'affichait à 22,5 milliards d'euros à fin juin, selon Eurostat, contre 25,7 milliards un an plus tôt. Le consensus Reuters craignait une baisse bien plus franche, à 18 milliards d'euros, dans un contexte de guerre commerciale. Le mois dernier, les exportations de biens de la zone euro vers le reste du monde se sont établies à 198,6 milliards d’euros, en hausse de 5,7% sur un an. Les importations depuis le reste du monde ont quant à elles été de 176,1 milliards d’euros, en hausse de 8,6% par rapport à juin 2017.

Aux Etats-Unis, les statistiques sont toutes attendues à 14h30 avec les permis de construire et mises en chantier de juillet, les inscriptions hebdomadaires au chômage et l'indice "Philly Fed" d'août.


A 12h00, l'euro rebondit de 0,19% à 1,1367 dollar.