Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les marchés sont quasiment à l'équilibre

AOF - 14 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens évoluent sans grand changement par rapport à leur clôture de vendredi. Un biais légèrement baissier pourrait s'amplifier si les prises de bénéfices venaient à s'affirmer. A l'image du CAC 40, qui a retrouvé la semaine dernière son plus haut de l'année, les indices actions ont signé une belle semaine. Mais, ce lundi, les catalyseurs manquent : l'agenda est dépourvu de toute annonce d'ampleur. La seule actualité consistante est le départ du directeur financier d'Airbus l'année prochaine. Le CAC 40 cède 0,15% à 5 533,79 pts et l'EuroStoxx lâche un modeste 0,08% à 3 563 pts.

En Europe, EDP bondit de plus de 11% à 3,472 euros, dépassant le prix d'acquisition proposé par le groupe public chinois China Three Gorges (CTG). Ce dernier, premier actionnaire de l'EDF portugais avec 23,3% du capital, a proposé 3,26 euros par action, soit une prime légèrement inférieure à 5% par rapport au cours de clôture du titre EDP vendredi, à 3,11 euros. Ce bond du titre aujourd'hui témoigne de l'attrait spéculatif du dossier. Les investisseurs s'attendent à ce que CTG relève son prix pour convaincre sa cible. Certains pourraient également parier sur l'irruption d'un chevalier blanc.

A Paris, Airbus poursuit le remaniement en profondeur de ses postes de direction. Outre le départ déjà annoncé de son PDG Tom Enders pour le printemps 2019, l'avionneur a annoncé ce matin que Harald Wilhelm (52 ans), son directeur financier, quittera ses fonctions au même moment. Ce départ se trouve mal accueilli par les investisseurs, puisque le titre Airbus accuse un repli de 1,46% à 98 euros, le plus important du CAC 40.

Cast perd 3,56% à 4,06 euros dans la perspective d'une augmentation de capital dont les modalités restent encore incertaines. Deux choses sont sûres, et elles n'incitent pas les investisseurs à s'enthousiasmer pour l'opération : l'émission d'actions nouvelles se ferait dans le courant du mois de mai sans droit préférentiel de souscription et elle porterait sur 20% maximum du capital de la société. A la clôture de vendredi soir, la capitalisation boursière de Cast s'élevait à presque 63 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La Banque de France prévoit une croissance de 0,3% en France au deuxième trimestre, selon une première estimation délivrée ce matin. Elle se base sur la légère dégradation du climat des affaires enregistrée en avril dans l'Hexagone : l'indice qui le synthétise est passé de 103 à 102 entre mars et avril dans l'industrie, de 103 à 102 dans les services et de 105 à 104 dans le bâtiment. Si l'on en croit la Banque de France, la croissance serait donc stable en France par rapport à l'expansion attendue par la même institution au premier trimestre, selon un rapport publié le 11 avril. Le 20 mars, l'Insee dévoilait sa propre estimation, de +0,4% au deuxième trimestre comme au premier. Au quatrième trimestre 2017, l'économie français avait progressé de 0,7%.

A 12h00, l'euro cote 1,1978 dollar, en hausse de 0,26%.