Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Nouvelle baisse, Crédit Agricole SA à la peine

AOF - 08 novembre 2017


(AOF) - Les marchés actions européens reculent pour la troisième séance consécutive. Les indices, en particulier à Paris, sont pénalisés par des résultats décevants dans le secteur de la finance. Ainsi Crédit Agricole et Euronext ont dévoilé ce matin des performances décevantes au troisième trimestre. En revanche, le secteur du ciment bénéficie des bons résultats d’HeidelbergCement. Vers 12h30, l’indice CAC 40 perd 0,25% à 5 467,20 points tandis que l’EuroStoxx50 cède 0,25% à 3 649,95 points.

A Londres, Marks & Spencer laisse décidément les investisseurs perplexes avec ses nombreuses annonces du jour. Le titre du distributeur britannique a pris la tête du FTSE 100 dans les premiers échanges avant de se retourner brutalement à la baisse. Il oscille désormais autour de l'équilibre, à environ 327,5 pence dans un marché certes en léger repli de 0,23%. De prime abord, les résultats semestriels publiés ce matin par Marks & Spencer sont pourtant supérieurs aux attentes.

A Paris, Ubisoft (+8,73% à 70,76 euros) inscrit un nouveau record historique et dépasse désormais les 8 milliards d’euros de capitalisation grâce à de bons résultats au premier semestre qui confortent ses objectifs annuels. A fin septembre, une période où il enregistre traditionnellement des pertes en raison des coûts nécessaires pour préparer le lancement des jeux pour les fêtes de fin d’année, l'éditeur de jeux vidéo a réalisé un résultat opérationnel hors éléments exceptionnels de 3,1 millions d'euros. Il avait enregistré une perte opérationnelle de 61,8 millions un an plus tôt.

A l'instar de BNP Paribas et de Société Générale, Crédit Agricole SA (-4,14% à 14,115 euros) est sanctionné pour sa performance décevante au troisième trimestre, qui s'explique par la contreperformance de ses activités de marché. Sur cette période, le produit net bancaire a progressé de 22,4% à 4,575 milliards d'euros, soutenu par l'intégration de Pioneer, racheté par Amundi, la filiale de gestion d'actifs de Crédit Agricole. Le produit net bancaire était attendu au niveau plus élevé de 4,76 milliards d'euros, selon le consensus Inquiry Financial. Les analystes ont mis en cause la mauvaise performance de la Banque de marchés et d'investissement.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La forte réduction du déficit commercial français enregistrée au mois d'août est restée sans lendemain : la balance commerciale a en effet de nouveau accentué son déséquilibre en septembre, avec un déficit creusé de 0,5 milliard d'euros à -4,7 milliards, selon les chiffres officiels des Douanes. Dans le détail, les exportations françaises ont progressé de 0,3% à 40,3 milliards d'euros et les importations ont rebondi de 1,3% à 45 milliards.

Vers 12h25, l'euro gagne 0,09% à 1,1603 dollar.