Bourse

Marchés

Analyse mi-séance AOF France/Europe - Une semaine en pente douce

AOF - 10 novembre 2017


(AOF) - Les marchés européens accusent leur cinquième séance de baisse consécutive. Sur le front économique, la semaine a été calme. Les banques centrales sont restées discrètes et les indicateurs ont confirmé ce que tout le monde sait déjà : la croissance est solide dans le monde et particulièrement en Europe. Dans ce cadre, pas sûr que la première estimation de l'indice de confiance du Michigan puisse sortir les investisseurs de leur léthargie. Au chapitre des valeurs, Altice, victime de la défiance des opérateurs, poursuit sa chute. Le CAC 40 cède 0,22% à 5 396 pts. L'Euro Stoxx 50 perd 0,26%.

Au chapitre des valeurs européennes, la note se corse encore pour Altice. Le titre de l'opérateur télécoms chute de 3% à 10,34 euros, aggravant encore son repli depuis jeudi dernier : le cours d'Altice a dégringolé de près de 37% depuis cette date, veille de la publication des résultats trimestriels décevants , notamment chez SFR, qui a donné le coup d'envoi des ventes. Le moins que l'on puisse dire est que l'annonce du départ de Michel Combes, arrivé en 2015 chez Altice et promu DG du groupe en juin dernier, qui était aussi PDG de SFR, n'a donc pas eu l'effet attendu sur la confiance des investisseurs.

A Paris, Spie rebondit de 4,61% à 23,015 euros, plus forte hausse du SRD, profitant de rachats à bon compte après des résultats trimestriels jugés encourageants. Hier, le titre du groupe français de services multi-techniques a clôturé à son plus bas niveau depuis mars dernier, emporté par la baisse générale du marché mais aussi par la crainte de résultats dégradés. Au troisième trimestre, Spie a donc enregistré un Ebita de 102 millions d'euros, soit 6,5% du chiffre d'affaires. La marge d'Ebita a certes baissé sur un an mais est ressortie juste au-dessus du consensus qui la donnait à 6,4%.

En repli de 3,7% à 4,915 euros, Vallourec accuse l'une des plus fortes baisses du SBF 120 malgré des résultats trimestriels meilleurs que prévu et la révision à la hausse, pour la troisième fois, de ses objectifs 2017. Les investisseurs prennent acte des analyses contrastées des brokers. Parmi eux, Credit Suisse est particulièrement prudent. Le broker a en effet abaissé son objectif de cours de 4,7 à 4,1 euros tout en réitérant son opinion Sous-performance sur le titre.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, la production industrielle a rebondi de 0,4% en septembre, indique l'Insee. Le consensus Reuters était de +0,6%.

En France, au troisième trimestre, 29 700 postes salariés ont été créés dans le secteur privé, soit une hausse de 0,2% par rapport aux trois mois précédents, selon l'estimation flash de l'Insee. Sur un an, l'emploi salarié privé s'est accru de 1,3% (soit +240 900 postes). Hors intérim, il a augmenté de 0,2 % sur le trimestre (soit +28 200) et de 0,8 % sur un an (+152 800).

Aux Etats-Unis, l'Université du Michigan dévoilera à 16h son estimation flash de l'indice de confiance du consommateur pour novembre.

A 12h15, l'euro cote 1,1651 dollar, en hausse de 0,07%.