Bourse

Marchés

Après l'euphorie vient l'inquiétude

AOF - 07 septembre 2018


(AOF) - Les principaux marchés actions européens ont clôturé dans le rouge pour la quatrième séance consécutive. Fort du soutien du secteur du luxe, le CAC 40 se distingue avec un gain de 0,16%. Pour autant, sur la semaine, le bilan est sans équivoque (-2,86%). Une tendance partagée dans le reste de l'Europe. En repli de 0,21% ce soir, l'indice Euro Stoxx 50 enregistre une baisse hebdomadaire de plus de 3%, soit son recul le plus marqué depuis près de six mois. A Wall Street aujourd'hui, les marchés marquent le pas après un été jalonné de records.

Vers 17h30, le Dow Jones cède 0,15%. Si la tendance se confirme, l'indice vedette pourrait afficher un bilan hebdomadaire négatif pour la première fois depuis un mois.

La prudence des investisseurs est motivée depuis début septembre par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et le reste du monde.

Les Bourses restent en effet sous la menace de l'imposition par les Etats-Unis de tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars de nouveaux produits chinois. Cette annonce, qui peut tomber à tout moment, conduira inéluctablement Pékin à prendre des mesures de rétorsion.

Un scénario d'autant plus redouté que Donald Trump poursuit sans relâche son bras de fer commercial avec ses traditionnels alliés : le Canada et l'Europe. Selon la presse ce matin, le président envisagerait même désormais de porter le feu au Japon.

A ces inquiétudes s'ajoute la fragilité grandissante de certains marchés émergents tels les marchés turc, argentin et brésilien, dont les devises ont beaucoup souffert ces dernières semaines.

Dans cet environnement de plus en plus incertain, les investisseurs ont mal accueilli des chiffres de l'emploi américain pourtant solides au premier abord.

L'économie américaine a créé 201.000 emplois en août alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre de 191.000.

Mais, les économistes ont mis l'accent sur l'accélération du salaire moyen (+0,4% contre un consensus de +0,2%). En rythme annuel, la hausse atteint +2,9%, soit la plus importante depuis juin 2009.

Une telle dynamique, si elle se confirme, devrait conduire la Fed à poursuivre ses hausses de taux, renforçant ainsi le dollar, au détriment des devises émergentes.

A la Bourse de Paris, rares sont les valeurs à afficher un bilan hebdomadaire positif. En tête du palmarès, Safran (+4,85%) a bénéficié de résultats trimestriels meilleurs que prévu et surtout, de la nette révision à la hausse de ses prévisions annuelles.

Derrière, Crédit Agricole (+2,26%), a profité de l'apaisement des craintes liées à une possible aggravation du déficit italien.

Du côté des baisses, Schneider Electric (-8,51% en cinq séances) a pâti de son exposition aux émergents puis de l'annonce ce matin d'une enquête ouverte en France concernant notamment des soupçons d'entente illicite avec ses concurrents.