Bourse

Sociétés

AUTOROUTES : les péages ont augmenté en moyenne de 1,2% en 2016, selon l'Arafer

AOF - 01 décembre 2017


(AOF) - Les concessionnaires autoroutiers (SCA) opérant en France ont vu, en 2016, leurs tarifs de péage augmenter en moyenne de 1,2 % pour les véhicules légers et de 1,3 % pour les poids lourds, révèle l'Arafer, l'autorité de régulation des activités ferroviaires et routières dans son rapport annuel. Ces évolutions tarifaires résultent de l’application annuelle des contrats liant les sociétés concessionnaires d’autoroute (SCA) à l’Etat concédant.

D'autre part, ces sociétés (Vinci, Eiffage, Abertis notamment) ont réalisé en 2016 un chiffre d'affaires cumulé de 9,8 milliards d'euros, en progression de 4,5% par rapport à l'exercice précédent, principalement porté par les neuf sociétés historiques (APRR, Area, ASF, ATMB, Cofiroute, Escota, Sanef, SAPN et STRF, qui représentent 95,5% du chiffre d'affaires du secteur). La croissance du chiffre d'affaires a été principalement portée par l'augmentation des recettes de péages (+4,9%), à la faveur d'un trafic très dynamique en 2016 : respectivement +4,2% pour les poids lourds, +3,2% pour les véhicules légers.

Dans le même temps, poursuit l'Arafer, les charges d'exploitation des sociétés concessionnaires ont progressé à un rythme équivalent (+4,6%) à celui des recettes, du fait de la forte augmentation des achats et charges externes (+9,6%) et des impôts et taxes (+9,9%). L'impact de cette contribution est toutefois atténué par une diminution des charges de personnel de 4,5 %.

"Ces évolutions se traduisent par une stabilisation de la marge d'EBITDA (résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissement rapporté au chiffre d'affaires), qui s'établit à 7 milliards d'euros à l'échelle des 17 SCA du secteur", conclut le gendarme des transports ferroviaires et routiers.

Dernier élément dévoilé par le rapport annuel de l'Arafer : le montant des dividendes versés par les concessionnaires autoroutiers a de nouveau fortement augmenté en 2016, de 40% à 4,7 milliards d'euros.