Bourse

Sociétés

Banques : les perdants et les gagnants des tests de résistance aux Etats-Unis

AOF - 29 juin 2018


(AOF) - La Fed a présenté hier soir les résultats définitifs des stress tests pour les banques présentes aux Etats-Unis. Seule la filiale américaine de Deutsche Bank, DB USA Corporation, ne les a pas réussis tandis qu’elle a émis des réserves pour Morgan Stanley et Goldman Sachs. En Bourse, Deutsche Bank gagne 1,7% à 9,214 euros, les problèmes de ses activités aux Etats-Unis étant bien connus depuis la publication fin mai d’un article du Wall Street journal. Selon celui-ci, la Fed jugeait que ses activités américaines étaient "en difficulté".

La seconde partie des tests de résistance, fondée sur des critères qualitatifs, a mis en évidence chez DB USA Corporation des déficiences critiques et générales au niveau de ses pratiques pour planifier ses besoins en capital.

"Des faiblesses importantes ont été identifiées dans (…) les contrôles accompagnant le processus de planification du capital de la firme ; dans ses approches et hypothèses utilisées pour prévoir ses revenus et ses pertes provenant de métiers clés et d'expositions en cas de stress et dans sa gestion des risques", a indiqué la Fed. Cette dernière a donc retoqué son plan d'utilisation de ses capitaux (dividende et rachat d'actions).

S'agissant de Goldman Sachs et Morgan Stanley, la Banque centrale américaine leur a demandé de ne pas augmenter la rémunération de leurs actionnaires, mais d'utiliser la hausse de leurs profits pour augmenter leurs fonds propres. Ceux-ci ont été pénalisés par la réforme fiscale et dans le scénario très défavorable des tests de résistance, au moins un de leurs ratios de capital était en effet inférieur au minimum réglementaire.

"Cette réduction ponctuelle des fonds propres ne reflète pas la performance des firmes en période de stress et celles-ci peuvent espérer des résultats avant impôts plus élevés à l'avenir", a expliqué la Fed.

La rémunération des actionnaires se stabilisera à 6,8 milliards chez Morgan Stanley et à 6,3 milliards de dollars chez Goldman Sachs entre le troisième trimestre 2018 et le deuxième trimestre 2019.

A Wall Street, Goldman Sachs (-0,07% à 223,27 dollars) et Morgan Stanley (+0,05% à 48,31 dollars) sous-performent les autres grandes banques cotées qui ont réussi l'épreuve. Elles ont en effet obtenu le feu vert de la Fed pour être plus généreuses avec leurs actionnaires.

JPMorgan Chase & Co (+0,65% à 105,67 dollars) va ainsi faire passer son dividende trimestriel de 56 cents par action à 80 cents à partir du troisième trimestre. Wells Fargo (+4,87% à 56,24 dollars) a, lui, relevé son dividende trimestriel de 39 cents par action à 43 cents et augmenté son programme de rachat d'actions, qui passera de 11,5 à 24,5 milliards de dollars.

Les banques américaines ont accru de 25% en moyenne leur dividende, selon JPMorgan, grâce notamment à la baisse des impôts. Les rachats d'actions ont, eux, augmenté de 18%.