Bourse

Sociétés

BHP devrait vendre son pétrole de schiste à BP

AOF - 09 juillet 2018


(AOF) - BHP Billiton a progressé de 2,81% à 1711 pence tandis que BP s'est adjugé 0,97% à 584,70 pence. Les titres ont réagi à des informations de presse, Reuters et Bloomberg, selon lesquelles, BP serait sur le point d'acquérir les activités de pétrole de schiste aux Etats-Unis de BHP Billiton. La transaction, qui dépasserait les 9 milliards de dollars (Bloomberg), voire même 10 milliards (Reuters), répond à la stratégie des deux groupes. Depuis plusieurs mois, le géant minier subit la pression du fonds activiste Eliott qui l’exhorte de se séparer de ces activités pour générer de la valeur.

BHP Billiton a joué de malchance avec le pétrole de schiste. Le groupe, spécialisé dans les métaux de base (cuivre, zinc, nickel, etc.) s'est lancé à grand renfort d'investissements dans le schiste en 2011.

A l'époque, l'aventure était tentante : le cours du pétrole battait record sur record avec un prix moyen annuel du baril Brent à 111 dollars en 2011.

Deux ans et demi plus tard, la donne a radicalement changé. A partir de l'été 2014, les cours du brut ont chuté, pénalisés par le ralentissement de la demande combiné avec l'accroissement de l'offre lié notamment à l'essor du gaz et pétrole schiste. Début 2016, le cours du baril de Brent s'échangeait sous les 30 dollars.

Cet effondrement de l'or noir a conduit BHP à lourdement déprécier son activité dans le schiste, pénalisant d'autant ses comptes, sa rentabilité et son dividende, nettement revu à la baisse.

A la Bourse de Londres, la sanction a été sévère. L'action BHP, qui cotait plus de 2 500 pence début 2011, valait moins de 550 pence début 2016.

Une situation jugée intolérable par le fonds Elliott, propriétaire de 4,1 % du capital de BHP, qui a donc obtenu la vente du pétrole de schiste.

Une affaire que n'a pas laissé passer BP. Tout occupé à gérer le dossier de la marée noire dans le Golfe du Mexique (Deepwater Horizon), le groupe s'est laissé distancer par ses concurrents, ExxonMobil, Chevron et Royal Dutch Shell, dans le schiste.

Ces derniers ont massivement investi dans le bassin du Permian aux Etats-Unis où la productivité des projets est attrayante.

L'an dernier, le patron d'Exxon, Darren Woods, affirmait ainsi que le taux de retour sur investissement d'un puits dans le Permian dépassait les 10% avec un baril à 40 dollars. Aujourd'hui, il dépasse les 70 dollars...

Avec cette acquisition, BP referait une partie de son retard.