Bourse

Marchés

Bourse : le risque protectionniste signe un retour fracassant

AOF - 31 mai 2018


(AOF) - Les marchés européens ont terminé dans le rouge une séance marquée par le retour au premier plan des risques protectionnistes. Le CAC 40 a perdu 0,53% à 5 398,4 points et l'EuroStoxx a baissé de 1% à 3 406,65 points. Aux Etats-Unis, le Dow Jones lâche 0,63% en fin de journée.

Donald Trump a mis à exécution ses menaces protectionnistes. Son secrétaire au commerce Wilbur Ross a annoncé que les Etats-Unis imposeraient, à partir de cette nuit 4h du matin heure française, des droits de douane de 25% sur les importations d'acier en provenance de l'Union européenne, du Mexique et du Canada. Les importations d'aluminium en provenance de ces mêmes régions seront quant à elles frappées de droits de douane de 10%.

"C'est du protectionnisme pur et simple (...), a réagi Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne dans un communiqué. Les Etats-Unis ne nous laissent pas d'autres choix que de porter cette affaire devant l'OMC et d'imposer des droits de douanes sur des importations US". L'escalade protectionniste est le scénario le plus néfaste pour les marchés financiers compte tenu de l'impact qu'elle pourrait avoir sur la croissance du commerce mondial et donc de l'économie.

Ces nouvelles ont donc ramené le protectionnisme au premier rang des préoccupations des investisseurs. S'il restait en arrière-plan ces derniers jours, avec notamment des discussions entre la Chine et les Etats-Unis, il a été éclipsé par les évolutions du dossier italien. A ce sujet, la perspective de nouvelles élections à Rome semble s'estomper après que le premier ministre désigné Cottarelli a accepté de se mettre en retrait. Les négociations pourraient reprendre entre les partis M5S et Ligue et le président de la République pour constituer un gouvernement.

Le retour fracassant de la menace de guerre commerciale a suscité en fin de journée un regain d'intérêt des investisseurs pour les actifs jugés les plus sûrs. Les taux longs allemands (-5 points de base) et américains (-3 points de base) ont fortement baissé, pesant sur les valeurs bancaires. A Paris, BNP Paribas a perdu 2,18%, Crédit Agricole 1,22% et Société Générale 1,65%. Le secteur a aussi été pénalisé par l'information du Wall Street Journal selon laquelle la Fed s'est alarmée de la situation de Deutsche Bank aux Etats-Unis.

Par ailleurs, le secteur automobile a été mal orienté en Europe : Renault a lâché 1,25% et PSA 2,13%. Des informations de presse évoquent la possibilité d'une nouvelle offensive protectionniste de la part des Etats-Unis contre le secteur automobile : les voitures de luxe allemandes seraient interdites de territoire par Donald Trump.