Bourse

Marchés

Bourse : prudence avant la Fed

AOF - 13 décembre 2017


(AOF) - Les marchés actions européens sont repartis à la baisse aujourd'hui. Le CAC 40 a cédé 0,5% à 5 399,78 points. L'EuroStoxx 50 a abandonné 0,44% à 3 584,66 points. Wall Street fait preuve de plus de résistance : vers 17h30, le Dow Jones progresse de 0,49% à 24 625 points. La prudence est de mise à quelques heures de la fin de la réunion de la politique monétaire de la Fed. Le consensus table sur une hausse d'un quart de point du principal taux directeur, qui évolue actuellement dans une fourchette de 1% à 1,25%.

 

Les investisseurs, en quête d'indices sur les développements futurs de la politique de l'institution monétaire, attendent la dernière conférence de presse de Janet Yellen avant qu'elle ne cède sa place à Jerome Powell.

Dans ce climat attentiste, les indices actions européens, proches de l'équilibre à la mi-journée, ont creusé leurs pertes ensuite dans le sillage de l'appréciation de l'euro face au dollar (+0,13% à 1,1766 dollar pour un euro vers 17h45).

Les investisseurs ont réagi au ralentissement de l'inflation aux Etats-Unis au mois de novembre. L'indice des prix "core", c'est-à-dire hors énergie et alimentation, deux secteurs volatils, n'a progressé que de 0,1% le mois dernier après la hausse de 0,2% enregistrée en octobre.

Pour les observateurs, cette faiblesse persistante de l'inflation, sans remettre en question la hausse des taux anticipée ce soir, pourrait conduire la banque centrale à ralentir l'an prochain la poursuite de la normalisation de sa politique monétaire.

A la Bourse de Paris, les principales variations ont échappé à toute logique sectorielle. En repli de 1,75%, TechnipFMC a été été pénalisé par des prises de bénéfices après avoir gagné 6,9% lors des trois précédentes séances. Schneider Electric a cédé, lui, 1,73%, affecté par Jefferies qui a maintenu sa recommandation Conserver malgré la présentation, hier, d'une stratégie digitale ambitieuse.

Du côté des hausses, LafargeHolcim (+1,43%) a signé sa deuxième séance consécutive de progression, soutenu par des rachats à bon compte. Le cimentier accuse en effet un repli de 8,5% depuis le début de l'année, soit l'une des plus mauvaises performances du CAC 40.