Bourse

Sociétés

BOUYGUES échappe à la baisse, une acquisition en soutien

AOF - 28 mai 2018


(AOF) - Bouygues (+0,05% à 40,44 euros) a échappé à la baisse du marché parisien. D'abord, le titre rebondit après trois séances consécutives de baisse. Ensuite, il bénéficie sans doute du fait que l'actualité est peu fournie à Paris en ce lundi, ce qui lui permet de se distinguer puisque le groupe a annoncé une acquisition en Australie. Une opération de croissance externe est traditionnellement vue comme une manière pour une entreprise de prendre un risque, signe de sa confiance dans ses perspectives et l'évolution de ses marchés.

De ce fait, bien que modeste à l'échelle du groupe Bouygues, l'acquisition de la société australienne AW Edwards par la filiale Bouygues Construction est bien reçue. Dans le détail, Bouygues Bâtiment International, filiale de Bouygues Construction, rachètera l'intégralité des actions de l'entreprise australienne, dont la marque commerciale sera conservée.

AW Edwards est une entreprise familiale fondée en 1921 et basée à Sydney. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 277 millions de dollars australiens en 2017. Au cours actuel, cela représente 179 millions d'euros environ à comparer aux 11,4 milliards d'euros de revenus engrangés par Bouygues Construction en 2017. Bouygues compte finaliser l'acquisition cet été.

Reste que cette opération permet à Bouygues de se renforcer dans un pays où il est implanté depuis près de 50 ans avec sa filiale VSL et depuis plus de 20 ans avec Bouygues Travaux Publics. Bouygues Construction possède en Australie plusieurs références comme le Sydney Airport Link ou le tunnel ferroviaire de North Strathfield en Nouvelles-Galles du Sud. Le 4 janvier dernier, Bouygues Construction annonçait avoir été retenu, au sein du consortium Cross Yarra Partnership, pour le financement, la conception, la construction et la maintenance pendant 25 ans, du futur tunnel du métro de Melbourne.

Par ailleurs, le chiffre d'affaires réalisé par Bouygues dans la région Océanie a plus que doublé entre 2016 et 2017, passant de 386 à 808 millions d'euros. Ce marché reste modeste à l'échelle du groupe (2% de son chiffre d'affaires total) mais la dynamique est bien réelle.

"L'opération devrait contribuer en année pleine à hauteur de 0,5 point au chiffre d'affaires du groupe français. Au vu des multiples dans le secteur (0,5x les ventes environ), le coût devrait être dérisoire pour Bouygues qui capitalise 14,8 milliards d'euros pour une dette nette de 1,9 milliard", commente Invest Securities.