Bourse

Sociétés

BOUYGUES ne résiste pas au retournement à la baisse du marché

AOF - 26 mars 2018


(AOF) - Bouygues cède 0,35% à 39,62 euros, en ligne avec le marché parisien. Avant le retournement enregistré par le CAC 40 en milieu d'après-midi, Bouygues avait pourtant tenté de rebondir après avoir clôturé hier à son plus bas niveau depuis fin septembre. Sur cette base, Bouygues surperformait même de quelques points de base grâce à l'annonce de l'acquisition du groupe suisse Alpiq Engineering Services par ses filiales Bouygues Construction et Colas. L'opération valorise Alpiq 850 millions de francs suisses.

Dans le détail, Colas Rail met 150 millions de francs suisses sur la table pour accueillir les activités ferroviaires de la cible. Cela lui permettra de renforcer son expertise dans le domaine des caténaires, une activité à forte valeur ajoutée, et d'accéder à de nouveaux marchés porteurs de croissance.

Pour sa part, Bouygues Construction, via sa division Energie et Services, va débourser 700 millions de francs suisses pour récupérer les activités de services multi-techniques pour le bâtiment, les infrastructures d'énergie, industrielles et de transport. Alpiq Engineering Services offrira enfin à Bouygues Energie et Services l'opportunité de s'implanter sur de nouveaux marchés en Europe, notamment l'Allemagne et l'Italie.

Avec cette acquisition, Bouygues se renforce sur des métiers occupés par des pure players, comme Spie, mais aussi par des filiales de ses concurrents du BTP Vinci ou Eiffage. Grâce à Alpiq, Bouygues Energie et Services va passer de 2,6 à 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, devenant le cinquième acteur européen du secteur, a confirmé un porte-parole de Bouygues à AOF. Devant Bouygues se trouvent Engie (13,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires), Vinci Energie (10,8 milliards), Spie (6,1 milliards) et Bilfinger (4 milliards). Juste derrière pointe Eiffage Energie avec ses 3,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Dans une note publiée ce matin, qui ne prend pas en compte l'acquisition d'Alpiq, Credit Suisse s'attendait à ce que Bouygues ait d'autres priorités en termes de fusions-acquisitions. L'analyste citait la route, le développement durable ou encore les contenus digitaux pour ses activités de médias (TF1).

Par ailleurs, Credit Suisse, qui a suivi le management de Bouygues en roadshow, indique qu'il prévoit une amélioration graduelle des résultats du groupe, avec des prévisions 2020 qui se situent 1% au-dessus du consensus. Credit Suisse maintient son opinion Surperformance et son objectif de cours de 45 euros sur Bouygues.