Bourse

Conseil

BTP : la FFB prévoit un net ralentissement de l'activité en France en 2018

AOF - 19 décembre 2017


(AOF) - Après une année 2017 particulièrement dynamique - l'activité a progressé de 4,7% contre une prévision d'environ 4% - la Fédération française du bâtiment (FFB) prévoit un net ralentissement du secteur en France en 2018. La croissance devrait ainsi ressortir à 2,4% en volume dans l'Hexagone. Ce ralentissement sera particulièrement sensible sur le segment du résidentiel neuf : principal vecteur de la croissance en 2017, avec une progression de la production de logements de 12,8%, ce marché devrait afficher une croissance de seulement 3,4% l'année prochaine.

La FFB explique ce ralentissement par des changements réglementaires inclus dans la loi de finances 2018. "L'assimilation de la détention d'immobilier à une rente conduit à stigmatiser la pierre, au travers de la transformation de l'Impôt sur la fortune (ISF) en Impôt sur la fortune immobilière (IFI) d'une part, à la non éligibilité des revenus locatifs au Prélèvement forfaitaire unique (PFU) d'autre part", tonne Jacques Chanut, président de la FFB, à l'occasion de la présentation de ses perspectives ce matin.

Le segment de l'amélioration-entretien sera aussi concerné par ces réformes, avertit la FFB. Il ne devrait progresser que de 0,4 % en volume en 2018, après 1,4% en 2017. Cette fois, l'organisme professionnel du secteur du BTP incrimine les mesures prises sur le CITE (Crédit d'impôt transition énergétique), avec l'exclusion des fenêtres, portes et volets, ainsi que des chaudières à fioul, et sur les HLM, pénalisés par la baisse des loyers et de l'APL, ainsi que par un relèvement de 5,5% à 10% de taux de TVA s'appliquant aux chantiers en locatif social.

"Au final, les diverses mesures de la Loi de finances relatives à l'immobilier ne pèseront encore qu'à la marge sur l'activité en 2018, portée par l'élan pris en 2017. Les années 2019 et 2020 seront vraisemblablement plus difficiles, malgré les mesures structurelles positives annoncées dans le cadre de la future loi pour l'évolution du logement, de l'aménagement et du numérique, dont la pleine efficacité ne se fera ressentir qu'à partir de 2021", prévient la FFB.