Bourse

Sociétés

BURBERRY : du luxe responsable

AOF - 06 septembre 2018


(AOF) - Burberry a décidé de ne plus brûler ses invendus et d'utiliser la fourrure dans ses collections. Au début de l'été, le groupe de luxe britannique avait été montré du doigt en raison de pratiques jugées peu responsables. Le fabricant du célèbre imperméable a reconnu avoir brûlé pour 28,6 millions de livres d'articles invendus au cours de son dernier exercice.

La valeur de ses invendus a augmenté de 50% en seulement deux ans, et sextuplé depuis 2013. Ces chiffres ont fait bondir les écologistes... et les actionnaires. Ces derniers auraient en effet préféré que le groupe leur distribue gracieusement ces invendus !

Sur ces 28,6 millions de livres, quelque 10 millions de livres de cosmétiques et parfums ont été détruits, une hausse justifiée par le groupe par la cession de sa licence beauté au groupe américain Coty.

Burberry n'est pas la seule enseigne à procéder de la sorte. Pour les marques, la destruction leur permet de protéger leur image de marque en évitant de les écouler à bas prix.

Outre l'annonce de la fin de la destruction, le groupe a annoncé qu'il cessait d'utiliser de la vraie fourrure. Burberry rejoint ainsi d'autres acteurs du luxe comme Versace, Gucci et Stella McCartney.

"Etre un acteur du luxe moderne signifie être responsable sur un plan social et environnemental. Cette idée est centrale pour nous chez Burberry et très importante pour notre réussite sur le long terme", a déclaré le directeur général, Marco Gobbetti.